C’était la crainte des chaînes de télévision ayant acquis les droits de diffusion du Tour de France : comment allaient se comporter les téléspectateurs avec une épreuve programmée en dehors des vacances d’été ? Qu’elles se rassurent, ils sont bien au rendez-vous derrière leur petit écran. L’Union européenne de Radio-Télévision (UER) parle même des records. Sur les neuf premières étapes, elle a enregistré 174,1 millions d’heures de visionnage sur 13 pays analysés contre 157,6 l’an dernier. La Slovénie a doublé son chiffre, le Danemark affiche plus de 50 % de parts de marché et les Pays-Bas connaissent leurs meilleures audiences depuis 2014.

Le Tour n’a pas non plus a rougir de l’intérêt qu’il représente pour les Belges. Sur les onze premières étapes de la Grande Boucle 2020, ils sont en moyenne près de 192 000 à suivre les exploits du peloton sur l’écran. C’est moins que l’an dernier où la moyenne sur les mêmes étapes était de 233 155 téléspectateurs, mais il convient de rappeler qu’avec un départ organisé à Bruxelles et trois jours de courses sur nos routes, les audiences avaient été dopées.

Comme souvent, en dehors du départ (plus de 200 000 téléspectateurs) ce sont les étapes de montagne qui attirent le plus de monde. Ils étaient plus de 216 000 à suivre la 8e, entre Cazères-sur-Garonne et Loudenvielle, 204 000 pour la 9e disputée entre Pau et Laruns avec les cols de la Hourcère et de Marie Blanque et 194 000 pour la 6e avec l’arrivée jugée au mont Aigoual.