En 2019, la première chaîne de la RTBF a fait mieux que la chaîne privée en matière de parts de marché.

En ce début d’année, il y a fort à parier que quelques bouchons de champagne ont dû sauter du côté du boulevard Reyers. En effet, selon les chiffres annuels de la télévision publiés dans la journée de jeudi par le CIM, l’institution qui calcule les audiences, La Une devance RTL-TVI. Ça se joue peut-être dans un mouchoir de poche, 18,2 % contre 18 %, mais c’est une première depuis une éternité. Il y a une dizaine d’années seulement, un gouffre colossal séparait les deux chaînes puisque RTL-TVI s’appropriait 21,6 % des parts de marché en 2011 contre seulement 14,6 % pour la première chaîne du service public.

La performance est d’autant plus importante que la RTBF gagne son leadership sans le foot. Comprenez que ses audiences n’ont pas été dopées par une Coupe du monde ou un Euro qui permettent de booster les chiffres. Il y a bien sûr eu des matches des Diables Rouges, notamment qualificatifs, mais en face, chez RTL, il ne faut pas oublier qu’il y a la Ligue des Champions pour faire contrepoids.

Commercialement parlant , RTL-TVI reste loin devant

La Une qui dame le pion à RTL-TVI dans les chiffres, voilà qui vient confirmer le sentiment éprouvé depuis des mois maintenant quant aux performances des deux chaînes. Du côté de l’avenue Georgin, on est à la peine même s’il convient de nuancer le constat si l’on se concentre sur la cible commerciale. En effet, si La Une domine RTL-TVI sur les 4 ans et plus, les chiffres sont nettement moins flatteurs sur les 18-54 ans qui importent tant aux annonceurs. Sur cette cible, RTL-TVI l’emporte haut la main avec 22,7 % contre 13,4 % pour la chaîne du service public.

Il n’empêche, lorsque l’on regarde les courbes depuis 2011, on ne peut s’empêcher de constater l’effritement permanent des parts de marché de RTL sur les 4 ans et plus, au profit de La Une.

LN24 ne décolle pas

Parmi les autres enseignements à tirer de cette étude du CIM, il convient de constater que la part de marché prise par les chaînes françaises en Belgique progresse légèrement de 32 à presque 33 %. Mais là aussi, le service public grappille sur le privé. TF1 recule de 13,3 % à 13 % tandis que France 2 passe de 6,3 % à 7 %. Mais ce qui est plus compliqué pour la chaîne privée française, c’est la courbe à la baisse sur les profils commercialement les plus intéressants. Ses parts de marché sur les 18-54 ans passent de 15,6 % à 14,6 %. Dur dur quand on sait que TF1 s’est attaqué au marché publicitaire belge.

Il faut aussi noter la percée de TMC qui s’adjuge 1,1 % des parts de marché chez nous. Par contre, les chiffres confirment les difficultés de la chaîne 100% info LN24. Lancée en septembre, elle totalise 0,1 % de parts de marché mais seulement 0,06 % sur la cible commerciale 18-54 ans. Difficile de parler d’une réussite…