"Ma carrière d'animateur est en dents de scie, confessait Christophe Dechavanne en 2019 au Parisien. Et là, le creux est un peu long. Je suis comme un fumeur qui n'a plus de cigarette : en manque".

Même son de cloche, trois ans plus tard, à Télé Loisirs. "J’ai envie de refaire de la télé, ce n’est pas un mystère, confie l'animateur de 63 ans. J’adorerais, par exemple, présenter une émission avec des artistes et des humoristes, comme le fait Michel Drucker. Je suis très admiratif des artistes et je pense qu'on a besoin de rigoler en ce moment. Ou bien un programme d'accueil mêlant divertissement et actualité". L'ex-présentateur mythique de La roue de la fortune ne tape par contre plus du pied pour obtenir ce qu'il veut en télé. "En revanche, j’ai arrêté de 'gratter aux portes' comme un chat ! Tout le monde a mon numéro de téléphone et connaît mes envies. Je suis facile à trouver. Mais je suis très détendu et ne ressens aucune aigreur".

Le retour de son duo culte avec Patrice Carmouze

Si Dechavanne était revenu sur C8 pour quelques numéros du jeu A prendre ou à laisser, il a disparu des radars depuis des années. Et c'est pourquoi il repense a son duo emblématique avec Patrice Carmouze."Une rencontre professionnelle comme celle que j'ai eue avec Patrice, il n'y en a qu'une dans une vie ! On avait une telle complicité... Nos émissions étaient potaches mais on apprenait quand même des choses. Qu'est ce qu'on a pu s'éclater !", indique ainsi Christophe Dechavanne à Télé-Loisirs, qui propose aussi un podcast baptisé "Les petits poids" (disponible sur toutes les plateformes audio) et qui donne la parole aux Français passionnés. "J'étais en train de lui dire qu'il faudrait refaire quelque chose ensemble avant de mourir. Il m'a interrompu en me disant : "C'est bien comme titre !". Je lui réponds : "Quoi ?". Et lui me dit : "Avant de mourir". On réfléchit donc à refaire un truc ensemble qui s’appellerait "Avant de mourir". On ne sait pas encore sur quel support ni sous quelle forme. Mais une chose est certaine : ça ne sera certainement pas un truc passéiste de vieux ronchons".