Eric Zemmour a enfin officialisé sa candidature à la présidentielle française, si l'on pouvait encore considérer cela comme une surprise... Habitué des accusations, l'ancien chroniqueur télé doit faire face à un sérieux problème.

En effet dans sa vidéo d'annonce de campagne aux accents dramatiques, figurent de nombreuses images de films, de programmes ou de documentaires pour lesquelles il n'a pas demandé la moindre autorisation.

Se présentant comme le sauveur de l'Hexagone, le polémiste d'extrême-droite a utilisé de nombreuses images qui ont provoqué la colère de plusieurs personnes et organismes.

Cette vidéo devenait alors un terrain de jeu pour le présentateur Yann Barthès, féru de ce genre de situation pour la tourner au ridicule, sachant que son image était diffusée dans la vidéo d'Eric Zemmour. Yann Barthès, Valérie Trierweller, Aymeric Caron, la Gaumont, le Huffington Post et les héritiers de Barbara ont fait part de leur indignation et de leur volonté d'être écarté du message d'un candidat avec des idées d'extrême-droite.

Le présentateur de Quotidien, s'est alors amusé de l'utilisation d'images sans autorisation. "Et le pire pour le porte-monnaie, des images de la ligue des champions...", a-t-il démarré. 

Ensuite il donnera les montants astronomiques que le candidat pourrait devoir payer. "Notre service des images a estimé le vol à plus de 100 000 euros d'archives, sans compter les téléfilms, les reportages ou encore les drones. Et encore, 100 000, c'est s'ils avaient demandé les droits. Car maintenant il va falloir rajouter les procès.

Yann Barthès a alors précisé ce que l'émission fera de l'argent. "On a décidé que l'argent que nous recevrons de Zemmour sera reversé aux associations qui viennent en aide aux migrants."