Coup de tonnerre, ce lundi matin, dans l’univers de l’audiovisuel. Après vingt ans passés à la RTBF, Benjamin Maréchal est sur le départ. L’animateur emblématique du service public a décidé de mettre les voiles pour relever un nouveau défi, en presse écrite cette fois. Plus précisément dans la rédaction de Sudinfo où il apportera, d’ici quelques semaines, son aide dans le domaine des stratégies digitales. Difficile aussi de ne pas penser qu’il pourrait retrouver l’antenne sur un des médias de RTL si l’autorité de la concurrence valide le rachat de RTL Group par Rossel, maison-mère de SudInfo.


"Le moment est venu pour moi d’oser. Le défi est personnel, passionnant et terrifiant", écrit-il dans un message posté sur les réseaux sociaux. "J’ai ri, j’ai créé, j’ai souffert aussi. L’exposition volontaire et involontaire a laissé des traces. Forcément… C’est vrai, j’ai rêvé 1 000 fois du moment où je partirais… Mais aujourd’hui, face à la porte de sortie, je suis apaisé. Et c’est sans doute cela qui me permet de tourner la page."

Il ajoute ne pas craindre "le manque" de la radio et la télé tant son expérience sur les deux médias a été diverse et variée. Homme de radio avant tout, Benjamin Maréchal a été embauché par Bel RTL alors qu’il était encore aux études, à l’Université catholique de Louvain. Après quelques mois passés sur la radio privée, il a fait son arrivée dans le service public, sans savoir qu’il allait y écrire un long chapitre de sa carrière. Il a commencé sur Fréquence Wallonie Hainaut mais c’est sur VivaCité qu’il est parvenu à s’imposer comme l’un des animateurs les plus emblématiques du service public.

Son émission matinale de débat, C’est vous qui le dites, a marqué les esprits et est devenue un des rendez-vous incontournables de la RTBF et de la radio en général, avant d’être déclinée en télé, le matin. Son succès est tel que le 8/9 fera ensuite son arrivée sur les deux médias, toujours avec Benjamin Maréchal à la présentation.

S’il fait partie de sa force, son ton mordant ne lui a pas toujours permis de ne se faire que des amis. Souvent critiqué, le journaliste a également fait l’objet de plaintes après avoir invité des auditeurs de VivaCité à répliquer à des propos polémiques sur le viol. L’affaire de trop pour Benjamin Maréchal ? En janvier 2018, l’animateur annonçait sa décision de quitter C’est vous qui le dites pour voguer vers de nouvelles aventures au sein de la RTBF. Il a laissé sa place à Cyril Detaeye pour passer de la lumière à l’ombre le temps de quelques mois.

Un nouveau chapitre chez les Pigeons

Au mois de juin suivant, Benjamin Maréchal officialisait son arrivée à la présentation d’On n’est pas des pigeons, magazine de consommation porté jusque-là par Sébastien Nollevaux. Déçu par ses premiers pas en télévision dans Ah, c’est vous !, émission qu’il avait lancée sur La Une mais qui n’avait pas rencontré le succès espéré, l’animateur se voit là confier les commandes d’un paquebot qui prenait peu à peu l’eau.

Son arrivée à la présentation de l’émission, qui a au passage subi un petit lifting, a permis aux Pigeons de reprendre de la hauteur. Les audiences du magazine ont grimpé, atteignant plus de 200 000 téléspectateurs par jour. Et les 450 000 fidèles lors du prime sur les 10 plus grandes arnaques. Un carton plein !

À l’heure actuelle, le nom du successeur de Benjamin Maréchal à la présentation d’On n’est pas des pigeons n’a pas encore été annoncé. Joker de l’animateur, Thibaut Roland pourrait tout à fait prendre à son tour les commandes du magazine de consommation, ce qu’il fait d’ailleurs depuis quelques jours, Benjamin Maréchal étant en congé maladie. Mais l’ancien visage de RTL-TVI n’est pas le seul sur la liste de ses potentiels remplaçants. À celle-ci s’ajoute également Fanny Jandrain, chroniqueuse phare des Pigeons que les téléspectateurs verront prochainement à la présentation de The Voice Belgique, à la place de Maureen Louys, en congé maternité.