Télévision

Dans la série depuis 2013, Benoît Michel décide de faire ses valises pour se consacrer à d’autres projets.

Jeudi dernier, un coup de tonnerre s’est abattu sur la série Clem. Alors qu’ils s’étaient mariés à la fin de la saison 5, Clem et Jérôme décident de divorcer. La fin inattendue d’une belle histoire qui se solde, cerise sur le gâteau, par le départ de Benoît Michel (l’interprète de Jérôme Thevenet) de la série.

Contacté par nos soins , Benoît Michel revient sur les raisons de son départ.

“Les tournages de Clem prennent pas mal de temps et je n’avais pas trop la possibilité de faire des choses sur le côté. Je suis à un moment de ma vie où j’ai envie de rentrer dans des projets plus personnels. Donc, pour moi, l’heure est venue de quitter la série”, explique le comédien de 28 ans qui parle toutefois d’une “très belle aventure” qu’il n’attendait pas forcément. “À la base, le personnage de Jérôme ne devait venir que ponctuellement dans la série. Ensuite, les téléspectateurs ont accroché au couple Clem/Jérôme, les scénaristes l’ont vu et ont donc fait évoluer mon personnage.”

Comme dans La vengeance aux yeux clairs, vous incarnez le gendre idéal. Un personnage qui vous colle à la peau ?

“Disons que pour le moment, c’est un style de personnage qui me convient bien, qui me ressemble un peu. Mais comme tout acteur, j’ai envie de toucher un peu à tout, surtout à ce qui s’éloigne de moi. Finalement, dans La vengeance aux yeux clairs , je passe du gentil garçon au bad boy et ça, ça me plaît ! ”

D’ailleurs, une deuxième saison de la série est-elle prévue ?

“Ce n’est pas encore confirmé. On est toujours en attente. Mais, s’il y a une deuxième saison, je peux vous dire que je serai évidemment de la partie.”

Restez-vous en contact avec les autres acteurs de Clem ?

“ Pas trop. On ne se voit pas assez régulièrement comme des amis mais sur le plateau, on est assez complices. On va donc dire que nos contacts restent assez professionnels. Je ne vis pas à Paris donc je suis un peu écarté de tout ça. Je m’y rends juste pour travailler.”

Est-ce une volonté de vous éloigner de la vie parisienne ?

“C’est volontaire, oui. Le côté mondain n’est pas du tout ma tasse de thé. Ça me fait rire mais je ne veux pas de ça dans ma vie quotidienne. C’est pour ça que je suis parti loin de Paris.”

La médiatisation qui tourne autour des acteurs de Clem vous dérange-t-elle ?

“Ce n’est pas quelque chose que j’avais envisagé dans le travail. Au départ, ce n’était pas facile à gérer mais les gens sont adorables donc ça facilite les choses. Un exemple, chaque année, je me rends à un festival avec mes copains d’enfance. Eh bien, la dernière fois, j’ai passé mon temps à faire des photos et à discuter avec des fans plutôt qu’à boire un coup avec mes copains. Mais bon, c’est l’effet télévision. Quand on y est, on nous reconnaît dans la rue, quand on n’y est plus, on nous oublie.”

Vous avez baigné dans le théâtre depuis votre plus jeune âge grâce à votre maman et à votre sœur. C’est dans ce domaine que vous souhaitez évoluer ?

“En partie. Le théâtre me touche davantage que la télévision. J’ai d’ailleurs, depuis 4 ans, ma propre compagnie de théâtre avec laquelle je monte des spectacles comme Whitechapel , par exemple. J’ai envie de faire du théâtre mon activité principale, de tourner un peu partout en France et en Belgique avec mes pièces. Ce que je ne pouvais pas faire quand je jouais dans Clem .”

Et en ce qui concerne le cinéma ?

“Ça avance petit à petit aussi. Je fais partie des talents Cannes Adami 2017, une association qui défend les droits des artistes. Elle organise des promotions pour de jeunes comédiens qui peuvent, par la suite, réaliser des courts-métrages avec des réalisateurs issus du cinéma. On est d’abord diffusé à Cannes puis dans les Festivals de la France entière. C’est un petit coup de pouce cinématographique qui peut vraiment aider.”