Télévision Thierry De Bock quitte la RTBF après 19 ans de bons et loyaux services


BRUXELLES Ce n'est pas sans un petit pincement au coeur que, le premier février, Thierry De Bock emportait dans ses cartons 19 années de souvenirs ertébéens. Car si la date officielle de son départ du boulevard Reyers est fixée au 1er mars, congés et autres récupérations lui ont laissé le champ libre depuis quelques semaines déjà. Des jours précieux que le journaliste a mis à profit pour se lancer dans la nouvelle aventure qui le motive aujourd'hui : la vidéo sur Internet. "C'est par l'intermédiaire d'un de mes contacts que j'ai découvert la télévision via Internet" , explique-t-il. "Je pense sincèrement qu'il y a tout à faire dans ce domaine d'avenir. " En décembre dernier, Thierry De Bock en parle avec l'un de ses amis, patron d'une société informatique qui travaille dans la création de sites et qui dispose d'une bonne part du matériel requis pour franchir le cap et viser d'autres objectifs, communs à ceux qu'il a en tête. "Sa société marche bien, il travaille avec des web designers compétents, il ne fallait pas grand-chose de plus pour nous lancer. Il se fait que nous avons passé le réveillon ensemble, que nous en avons rediscuté et c'est à ce moment-là que j'ai pris ma décision... "

Bezoom - c'est le nom de leur boîte, qui naîtra le 6 mars - est donc sur les rails. "Notre but, c'est la vidéo sur Internet ", reprend Thierry De Bock. "Selon trois axes : le vidéo mail, qui permet d'envoyer un petit film avec son e-mail. C'est plus vivant et plus accrocheur que juste du texte; la vidéo d'entreprise : nous fournissons de petits films de trois minutes à des sociétés, sur leur site Internet. À n'importe quelle société, évidemment : cela va du restaurant à une PME en passant par des collectivités, des mouvements de jeunesse... Et, enfin, nous proposerons de la web TV. " Soit le gros morceau de cet excitant défi. "Ce seront des télévisions qui ont du contenu" , précise le journaliste. "Et là encore, ça s'adresse à tout le monde : des clubs de sport, offices du tourisme, fédérations diverses, associations... Nous disposons de tout le matériel professionnel nécessaire, nous avons des cameramen, cadreurs, monteurs, spécialistes du web. Les possibilités sont énormes. "

Dans un premier temps, Thierry et son associé créeront des TV pour leurs clients - les deux premières verront le jour début mars. Mais rien n'empêchera ensuite l'accro de l'info d'imaginer lui-même des programmes. "J'ai beaucoup à faire par ailleurs pour l'instant ", précise-t-il. "Mais c'est sûr que je pense à des chaînes via le web. On peut imaginer une chaîne musicale qui fait la promo des artistes en Communauté française, par exemple. J'insiste : les possibilités sont énormes. " Et la force de Bezoom, c'est de pouvoir intégrer tous les paramètres, de la conception à la production et, du coup, d'en comprimer les coûts. "Je suis ravi de pouvoir mettre mes modestes connaissances techniques et journalistiques, mais aussi mes contacts, cela va de soi, à profit" , avoue-t-il encore.

Après 19 années passées au sein du service public, le journalisme, pourtant, risque de lui manquer un peu. "J'en suis encore, pour l'instant, à écouter les infos dès 6 h 30, à zapper d'une chaîne à l'autre, à me dire Tiens, ce sujet, il faudrait le traiter comme ça ", concède le jeune papa. "Journaliste, je le resterai toujours, je l'ai été pendant de si longues années ." Et dans tous les services : des sports à la présentation du débat dominical Mise au point en passant par les grands reportages, la couverture des guerres et des conflits. "Comme tous les gens qui y sont passés, je crois, j'ai une sorte de relation amour-haine avec la RTBF ", dit-il avec un sourire dans la voix. "Mais je ne pouvais pas laisser passer l'occasion d'une nouvelle aventure, avec une société qui a les reins solides. Et puis, la RTBF offre ce parachute incroyable d'un congé sans solde de 6 ans. Évidemment, je ne songe pas un instant à y retourner, je suis convaincu que Bezoom sera un succès et je suis enthousiaste. Mais c'est rassurant... "



© La Dernière Heure 2007