Brigitte Fossey, marraine des 101 tables pour la Vie, lance un nouveau festival à Cannes cet été.

La 13e édition de 101 tables pour la Vie de l’ASBL Les amis du nouvel institut Bordet avait une marraine d’exception. L’actrice Brigitte Fossey, qui fêtera ses 71 ans le 15 juin, sait toute "l’importance" de la recherche dans la lutte contre le cancer. Elle a accepté sans une once d’hésitation. "C’est très émouvant d’être marraine d’un tel événement. Il y a tellement de gens qui se battent contre la maladie : les patients, les chercheurs, le personnel soignant, les familles… Ça m’inspire. Il fallait que je m’engage avec vérité et sincérité. Chaque fois que je m’engage pour une série télévisée, je pense aux malades et aussi aux gens qui n’ont pas de sous et qui ne vont pas au cinéma et qui regardent des films et séries à la télé. On s’adresse aussi à eux. 101 tables pour la Vie, c’est ça : on offre du rire et de la gourmandise aux patients atteints de cancer. Ils y ont droit ! Comme à celui du divertissement…"

Lorsqu’on évoque avec elle ses succès télévisés ou cinématographiques passés (J eux interdits, Avec sa mère, La Boum, Le Château des Oliviers, Les Gens de Mogador…), elle sourit. "Je n’aime pas me retourner", confesse-t-elle. "Quand je me vois à la télévision, à 20-22 ans, c’est quelqu’un que je ne connais plus."

Elle poursuit : "J’ai fait des rôles que j’ai beaucoup aimés. J’aime surtout des rôles qui m’apprennent des choses et qui ont trait à l’actualité". Comme la nouvelle mini-série dont elle est l’actrice principale, Quartier des banques, imaginée par Fulvio Bernasconi. "Ce qui m’intéresse dans ce rôle, c’est que pour elle, le bonheur est dans le passé. La vie, pour moi, c’est un voyage en bateau. Par moments, il y a de mauvaises météos, il faut attendre. Il faut lâcher les voiles, en avançant. Il faut s’adapter de façon permanente en restant fidèle à ce qu’on est. J’ai besoin d’être enthousiaste, je me laisse voyager. J’ai eu une vie formidable."

En décembre dernier, elle est touchée par un grand drame. Sa mère, l’actrice Marcelle Feuillade, est décédée. "On se plonge dans le travail pour ne pas y penser, mais c’est une illusion. On y pense tout le temps quand même" , souffle-t-elle dans un sourire teint de nostalgie.

Un roman prochainement ? "J’y ai souvent pensé", admet celle qui a déclaré sa passion pour le verbe dans un livre écrit à plusieurs mains. "Chaque fois que j’ai commencé, j’ai perdu les manuscrits. Et puis, j’aime tellement être une interprète… J’aime la poésie, j’aime la musique, j’aime voir le travail des autres." C’est aussi pour cette raison qu’elle a mis sur pied un nouveau festival de musique et littérature à Cannes, Notes et plumes, qui verra le jour les 6, 7 et 8 juillet, avec Alain Carré.