Télévision

Les Belges l’ont une nouvelle fois prouvé lors de la soirée de clôture de l’opération, ils ont un cœur grand comme ça.

Qu’il s’agisse de Cap48, de Viva For Life ou du Télévie, à chaque édition l’objectif est toujours le même : battre le record de l’année précédente. Gagné d’avance, dites-vous ? C’est loin d’être le cas et le doute est toujours dans les esprits des organisateurs.

Hier soir pourtant, dans les studios liégeois de la RTBF, la confiance a vite régné. À 22 h 30, plus de la moitié du chemin était déjà faite puisque le compteur de Cap48 affichait plus de 4 millions d’euros, soit 2 de moins que le montant final recueilli l’an dernier. Moins d’une heure plus tard l’affaire était entendue. Sur le coup de 23 h 20, Kev Adams, le parrain de cette édition 2019 pouvait laisser exploser sa joie puisque le record de 6 061 130 euros de promesses de dons établi en 2018 était effacé des tablettes. “Historique, c’est historique”, n’arrêtait pas de répéter l’humoriste. Voilà qui confirme ce que l’on sait déjà : les Belges ont du cœur et peu importe que les temps sont durs, ils mettent volontiers la main à la poche pour aider les personnes handicapées.

Si la joie était de mise sur le plateau de l’émission, elle l’était aussi en coulisse. À l’annonce du record battu, que ce soit les gens de la RTBF ou les artistes invités, tous se félicitaient de ce nouveau succès.

Cette soirée en direct aura une fois de plus été marquée par les témoignages toujours aussi émouvants et les séquences consacrées aux réalisations que permettent les dons. Sans oublier les nombreux défis relevés durant toute la soirée et les semaines qui ont précédé. Elle aurait aussi été animée par tous les artistes qui se sont succédé sur le plateau, de Typh Barrow venue dévoiler un avant-goût de son prochain album à paraître au début de l’année prochaine à Christophe Maé qui lui a dévoilé un extrait de son nouveau disque disponible à partir de vendredi. 

En coulisses, Yannick Noah n’a pas manqué de mettre l’ambiance par ses sourires et ses échauffements vocaux en rythme digne des meilleurs haka des rugbymen néo-zélandais. Mais la palme du meilleur ambianceur revient à Black M qui avec tout son entourage a mis le feu dans les loges, preuve qu’il était ravi d’être de la fête.