Le chanteur, q ui vient de sortir un single "Dibali" suite à son périple bouleversant en Ethiopie et sa rencontre avec le peuple des Afars, ne s'attendait pas à ce retour de manivelle. Vianney avait emporté avec lui sa guitare pour leur jouer quelques mélodies. " I ls n’ont pas d’instruments et n’avaient jamais vu de guitare, a confessé le coach de The Voice au Figaro. La première fois que j’ai joué, ils étaient fascinés . D’être loin de tout et d’avoir du temps a donné vie à l’écriture de nouvelles chansons. J’en ai composé une, avec des prénoms de femmes du village et quelques mots de leur vocabulaire, que je leur ai chanté le jour de mon départ."

"Ils l'ont tué Vianney"

Devant ses nouveaux acolytes, il s'est alors lancé dans une petite improvisation. Sauf que deux jeunes de la famille qui l'ont accueilli étaient plutôt perplexes face à sa manière de chanter. Son chant et sa mélodie témoignant plutôt d'un sentiment de tristesse que d'une explosion de joie. "Chez nous ce sont les gens perdus qui chantent comme ça", lui ont-ils ainsi lancé. De quoi faire sourire l'interprète de Je m'en vais, tout comme les internautes. "Ils l'ont tué Vianney"; "Ça reste la meilleure analyse musicale de Vianney que j'ai entendue"; "Je m’en remets pas !", peut-on notamment lire sur Twitter. "Oui pour eux c'est les fous qui chantent comme Vianney".

Dans l'émission, le chanteur commente alors que, "pour eux, le chant a une signification. Les leurs sont très répétitifs, ils les entonnent pour encourager les dromadaires, puis les féliciter, pour remercier parce qu’il ne faisait pas trop chaud.

Ce que la production a interdit à Vianney

Au moment de son départ, le chanteur souhaitait faire un cadeau à ses nouveaux amis en leur offrant ses chaussures et ses vêtements. Mais la production de l’émission lui a demandé de ne pas le faire. “ La tenue que je porte m’a été donnée par la production, révèle-t-il à Télé-Loisirs .  Je n’ai rien à moi. Je me suis dit que ça pourrait les aider, notamment les bonnes chaussures pour la montagne." Mais " Franck Desplanques, le rédacteur en chef de l’émission, me l’a formellement interdit. On peut leur donner des choses, mais de chez eux. Ils ont leur vie, et il faut y veiller”. La production a toutefois offert des cadeaux au peuple Afar pour leur accueuil. “Oui, ils ont laissé plusieurs choses, mais pas des vêtements. Plutôt un dromadaire et une centaine de kilos de sucre et de farine. Ils ont davantage besoin de cela. La paire de lunettes de soleil Quechua, ça aurait plutôt cassé quelque chose. Attention aux cadeaux empoisonnés: on peut aider mieux et autrement."