En 2018, François Pomès signait Claude François, le dernier pharaon. Ce documentaire a fait le buzz. Le réalisateur y révélait l’existence de Julie Bocquet, fille cachée du chanteur qu’il a eu avec Fabienne, une Belge, à l’époque même pas âgée de 14 ans. Un enfant illégitime qui n’aurait été que la partie visible d’un iceberg bien plus vaste. C’est ce que voulait démontrer une nouvelle enquête de François Momès diffusée ce lundi 11 octobre sur RMC Story, en France. Un film qui sera à voir sur La Une (RTBF) le dimanche 24 octobre à 20 h 35.

Claude François, les secrets inavouables poursuit l’histoire là où elle s’était arrêtée avec le premier documentaire. On y entend Julie expliquer pour la première fois les coulisses de sa conception et les démarches entreprises pour faire reconnaître sa filiation avec Cloclo. Au-delà de ce cas particulier, ce nouveau film lève le voile sur les relations particulières qu’entretenait le chanteur avec ses fans, des adolescentes surtout, “qui lui feront franchir la ligne rouge” plus d’une fois, dit la voix off.

“Comme beaucoup d’artistes à l’époque, il partageait bien plus que des chansons avec ses admiratrices… mineures le plus souvent.” C’est le cas de Carine, belge elle aussi. Elle avait 15 ans lorsqu’elle s’est rapprochée de Claude François jusqu’à se faire inviter dans sa loge puis dans sa chambre d’hôtel. Où encore de cette autre fan, belge encore une fois, qui témoigne anonymement avoir avorté d’un enfant du chanteur lorsqu’elle avait 16 ans.

Il en est beaucoup question d’avortements dans Claude François : les secrets inavouables. Mais pas d’autres enfants illégitimes comme annoncé. Toutes les tentatives se soldent par des échecs. Il y a bien ce chanteur vivant aux États-Unis qui revendique être le fils de. Mais il refuse d’être confronté à un test d’ADN. Et son histoire est par ailleurs très floue reconnaît le réalisateur.

En comparant son ADN avec des vastes bases de données, Julie Bocquet espérait aussi se découvrir d'autres demi-frères et demi-sœurs. À ce jour, reconnait le documentaire, aucun autre descendant du chanteur n’a été retrouvé par comparaison d’ADN.

En revanche, le documentaire diffusé sur RMC apporte un éclairage sur ce que l’on savait déjà sans vraiment le dire : les relations très proches entretenues par Cloclo avec ses fans très peu âgées. Son rapport au sexe est obsessionnel, tout comme il était ultra exclusif, comprend-on. Des comportements qu’il n’était pas le seul à avoir à l’époque, ajoutent les témoins interrogés.

Dans la presse britannique, l’artiste s’était vanté d’avoir mis près de 3000 femmes dans son lit sans que cela ne choque réellement personne à l’époque. Interrogé dans le docu, l’ex-commissaire de police français Georges Moréas, qui a traité les démarches de Julie Bocquet, témoigne de ce que dans les années 70, “la justice était assez laxisme là-dessus. La police aussi.” “Doit-on condamner une période et ses acteurs 50 ans après ?”, s’interroge le réalisateur. “Dans les années 70, le monde était beaucoup plus libre sur ces questions-là”, rappelle Dave. À ce jour, aucune des jeunes filles de l’époque n’a exprimé de regrets concernant son aventure avec Claude François, souligne à plusieurs reprises la voix off.