Télévision Le journaliste du JDD Renaud Revel a révélé sur son blog qu'un énorme malaise s'est installé entre Laurent Ruquier et la direction de France Télévisions après le passage de Yann Moix dans "On n'est pas couché".

Selon Renaud Revel, la situation est sur le point d'exploser dans les locaux du média français. En effet, la pilule a du mal à passer concernant le déroulé d'une émission "indigente" dont on stigmatise le caractère "extraordinairement complaisant".

Les mots qui seraient utilisés par les dirigeants de la chaîne sont extrêmement durs pour décrire l'interview: "connivence", "consanguinité", "liens incestueux" entre Yann Moix, Laurent Ruquier et ses deux chroniqueurs, Franz-Olivier Giesbert et Adèle Van Reet.

Pourtant, Laurent Ruquier avait promis à ses dirigeants, dont Catherine Barma, que Yann Moix n'allait pas être ménagé et qu'il serait interviewé sans la moindre concession par deux chroniqueurs intraitables.

Renaud Revel indique alors que "la complaisance avec laquelle Yann Moix a été reçu et interrogé suscite immédiatement de violentes critiques jusqu’au plus haut niveau de France Télévisions, où l’état-major a pu visionner l’émission quelques heures avant sa programmation".

Laurent Ruquier ne semble plus être dans les petits papiers de France 2 qui, de plus, juge sévèrement les audiences moyennes de cette toute première émission de la rentrée, à 860 000 téléspectateurs et 14,6 % de parts de marché, soit une perte de 200 000 téléspectateurs sur la saison écoulée.

Crise, malaise et colère donc dans les couloirs de France Télévisions avec cette affaire n’en finit plus de faire parler d'elle.