Le bébé d’Emilio et Nema n’atteindra sa taille adulte que vers l’âge de 10 ans.

Le 12 février dernier, un bébé hippopotame est né à Pairi Daiza. La famille d’Emilio et Nema, déjà parents d’un petit Kibo, s’est donc agrandie pour laisser place à Kivu, nom choisi par le public qui signifie "cicatrice" en Africain. "Les premiers jours de Kivu n’ont pas été faciles. Les bébés hippopotames sont un peu fragiles en général et sa mère était très protectrice. En le poussant avec son museau, elle lui a fait quelques marques. Il avait donc des cicatrices. Voilà pourquoi le nom Kivu a été proposé", explique Corentin, soigneur de ces grands mammifères en voie d’extinction qui font partie des belles découvertes du parc Pairi Daiza.

Comment vous êtes-vous rendu compte que Nema était enceinte ?

"Tous les jours, nous observons les animaux. Quand Emilio a tenté de se reproduire avec Nema, on savait qu’on pouvait s’attendre à un heureux événement dans les huit mois qui suivaient. On a remarqué que le comportement de Nema avait changé, qu’elle était plus agressive que d’habitude. On savait donc qu’elle attendait un bébé."

Comment la naissance de Kivu s’est-elle déroulée ?

"Cela s’est fait tout naturellement, pendant la nuit. Quand on a été leur rendre visite le matin, on a découvert qu’ils étaient trois au lieu de deux dans le bassin."

Quelles dispositions avez-vous dû prendre lorsque le bébé hippopotame est né ?

"Le bébé est né avec sa mère et son père. Mais, dans un premier temps, pour maximiser ses chances de survie, on a décidé de séparer Kivu et sa mère de son père. Il peut ainsi créer un lien plus fort avec sa maman qui est très protectrice. Quand on a essayé de s’approcher de son petit, elle se mettait devant. Même Emilio sait qu’il doit garder ses distances. Le frère de Kivu, Kibo, n’a, par exemple, plus de contact direct avec ses parents car il est à maturité sexuelle et risque donc de se battre avec son père ou de se reproduire avec sa maman."

Depuis sa naissance en février, Kivu a bien grandi. Est-ce que les visiteurs de Pairi Daiza peuvent encore faire la distinction entre ses parents et lui ?

"Oui parce que même s’il a grandi, il n’atteindra sa taille adulte que vers l’âge de 10 ans. On a donc encore le temps."

Comment êtes-vous devenu soigneur de grands mammifères à Pairi Daiza ?

"Je suis arrivé à Pairi Daiza à 21 ans, donc il y a deux ans, d’abord en tant que stagiaire pour mes études. Après, on m’a demandé avec quels animaux je préférais travailler. J’ai dit les mammifères et on m’a donné cette tâche à faire. Avec le temps, un lien se crée entre le soigneur et l’animal. Il y a une sorte de confiance qui s’installe. Mon métier m’épanouit beaucoup parce que je le fais avec passion. Je ne m’imagine pas travailler ailleurs. Ça me ferait mal au cœur de laisser les animaux dont je m’occupe depuis des années."

Expédition Pairi Daiza : dimanche sur RTL-TVI à 18.25