Quatre grands chefs, trois hommes et une femme, vont se mesurer les uns aux autres, ce dimanche, dans Snackmasters , la recette secrète sur RTL-TVI. Le principe de cette nouvelle émission ? Qu’ils réussissent, chacun derrière leurs fourneaux, à reproduire à l’identique les snacks les plus connus comme le Whooper de Burger King, le Snickers ou encore la chips "Grills" de Lay’s. Un exercice qui semble simple mais qui va pourtant leur donner du fil à retordre.

Chef doublement étoilé du restaurant La Paix à Bruxelles, David Martin fait partie des candidats qui participeront à la compétition. "J’ai accepté parce que la vie ne serait pas drôle sans défis permanents. Je suis un homme de challenge et Snackmasters, c’en est un", déclare le présentateur de Martin Bonheur sur RTL-TVI qui connaissait bien la version flamande du programme. "Plusieurs amis chefs y avaient participé et j’avais déjà vu quelques émissions donc je voyais où je mettais les pieds."

Quelle a été la plus grande difficulté lors de cette expérience ?

"On est en dehors de notre zone de confort. On se retrouve face à des snacks qu’on a parfois jamais mangés et qui proviennent d’une technique de production industrielle, à grande échelle. On nous présente le produit et, nous, on doit aller faire des courses pour aller chercher les ingrédients qui conviennent. C’est du sport, je ne vous le cache pas. Et le court laps de temps que l’on a pour cuisiner accentue la difficulté. Quand on travaille sur un nouveau plat au restaurant, ça peut parfois prendre des semaines. Ici, on a quelques heures. Avec Julien, mon chef de cuisine qui m’accompagnait dans cette expérience, il y a des moments où on avait la pression d’un grand banquet gastro."

N’avez-vous pas été trop perturbé par la présence des journalistes lorsque vous cuisiniez ?

"Ils viennent nous poser des questions, nous demander où on en est, si on est satisfait de notre préparation, etc. Ce qu’ils aiment aussi, c’est venir aux moments charnières. J’avoue que ça me déstabilise parfois un peu. On n’est pas seul dans notre univers et, en plus de ça, on est filmé. On n’est pas dans des conditions idéales pour la création, c’est vrai."

Quel est votre snack préféré ?

"Le cornet de frites ! Beaucoup de choses sont à prendre en compte lorsqu’on prépare cela : la taille, la cuisson, le poids du cornet, les frites."

Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté ?

"Elle ne m’a pas vraiment apporté quelque chose. Elle m’a plutôt réconforté. Pour reproduire les snacks à l’identique, j’ai utilisé une méthode de création à partir de zéro. J’ai analysé, décortiqué, goûté et ensuite assemblé. On avait le produit final et original à côté donc on pouvait le comparer sans cesse avec notre travail."

Lors de la première épreuve, vous allez vous mesurer à la cheffe bruxelloise Isabelle Arpin. Quelle adversaire est-elle ?

"Tous les chefs qui participent à Snackmasters sont redoutables. Je connais bien Isabelle et sa capacité à rebondir. Elle ne va pas essayer à faire un plat pendant un an. Elle a une cuisine spontanée ce qui la rend doublement redoutable."