TF1 dégaine ses émissions poids lourds plus vite que son ombre, de quoi faire pâlir de jalousie Lucky Luke… La saison de Danse avec les stars à peine terminée, voici que District Z débarque sur l’antenne. On ne donnait pourtant pas cher de la peau de ce programme produit par Arthur après la première saison. Car malgré un budget pharaonique, le programme n’avait vraiment pas convaincu les téléspectateurs. Ceux-ci le jugeaient trop copié sur d’autres jeux d’aventures, comme Fort Boyard, et manquant cruellement d’action.

Pour cette seconde chance et son retour à l’antenne, on allait voir ce qu’on allait voir avait fait savoir Denis Brogniart qui anime l’émission. Il avait promis des zombies plus agressifs et en bien plus grand nombre, de quoi rendre l’aventure plus piquante, plus palpitante.

Confus et toujours aussi mou

Résultat : 2 millions de téléspectateurs. Soit un nouveau flop quand on sait que le premier numéro de la première saison en avait rassemblé 5,4 millions ! TF1 a été largement battu samedi soir par la rediffusion de la sixième saison de Mongeville sur… France 3, qui devient petit à petit  l'épouvantail des grosses machines sur les chaînes concurrentes. Ce sont déjà ses programmes qui ont souvent eu raison des audiences de The Artist sur France 2..

Il faut avouer que les remaniements apportés à l’émission n’ont pas changé grand-chose. District Z continue de se traîner… Oui, il y a plus de zombies. Oui, ils sont plus agressifs. Il suffit de voir combien les participants ont perdu de vies pour le constater. Mais cela ne change rien à l’ADN du programme qui ressemble trop à Fort Boyard dans ses épreuves principales mais en beaucoup plus mou. Pourtant, à voir les visages des candidats, ce qu'ils endurent ne doit pas être de tout repos. Mais la réalisation ne parvient pas à transposer cela à l'écran.

Des défauts qui n'ont cependant pas empêché Arthur de convaincre à l'étranger. En effet, le producteur affirme avoir vendu le concept de District Z dans pas moins de 30 pays.

Trop de Koh-Lanta tue l'effet Koh-Lanta

Autre déception : le côté brouillon des épreuves lors desquelles les participants peuvent remporter des pass pour ouvrir des coffres dans la salle au trésor. Que c’est confus. On ne voit pas bien ce qui se passe et on a du mal à comprendre la complexité de l’épreuve. Bref, on s’y perd.

Était-ce aussi une bonne idée de lancer la seconde saison avec une équipe dans laquelle se trouvaient Clémence et Laurent Maistret de Koh-Lanta ? Ces deux-là squattent déjà le petit écran avec la saison anniversaire de Koh-Lanta. Aussi sympathique soient-ils, on a l'impression de les voir absolument partout. Et manifestement, trop de Koh-Lanta tue l’effet Koh-Lanta.

On ne retiendra peut-être que ceci : Clémence n’est pas seulement une as de la survie, c’est aussi une redoutable plaqueuse de zombie. Ceux-ci s’en souviendront longtemps…

Fort Boyard es-tu là?

Vous l’aurez compris, la déception était une nouvelle fois de mise samedi soir au terme de ce premier volet de la seconde saison de District Z. Ce ne sont pas quelques changements "cosmétiques" qui peuvent résoudre le problème. C'est dans l'ADN du programme que le bât blesse, nous semble-t-il.

Notons tout de même un final plus réussi que précédemment. En effet, les candidats n’ont plus l’occasion de placer dans de grands sacs les lingots d’or qu’ils prennent dans la salle des coffres. Désormais, ils doivent les transporter dans leurs bras jusqu’au portail de sortie, ce qui complique singulièrement la tâche. Et comme il y a vraiment beaucoup plus de zombies sur leur chemin pour finir l’aventure, les rapporter tous devient un vrai défi.

Mais là encore, il est impossible de ne pas faire la comparaison avec Fort Boyard et la manière avec laquelle les candidats du fort doivent rapporter leurs Boyards…