Le présentateur de Koh-Lanta, généralement avare en interviews, présente sa famille à Gala

BRUXELLES Dans la vie de Denis Brogniart, il existe une autre tribu que celles qu'ils challengent sur l'île de Koh-Lanta. Et au sein de celle-là, il ne joue pas à l'arbitre. Il vit, tout simplement, loi du regard des caméras. Habituellement discret, si pas muet, sur sa vie privée, le journaliste sportif de TF1 a néanmoins levé un secret de voile planant sur son quotidien pour le magazine Gala. Et le quotidien avec sa femme, également journaliste, il aime ça. "On en a besoin tous les deux", confie-t-il. Photos de famille à l'appui, il présente son épouse, Hortense, et ses trois filles (il a également un fils de son premier mariage) : des jumelles de 3 ans et demi, Violette et Lili et la cadette, Blanche, âgée de 2 ans. Une tribu qu'il a dû abandonner au moment de tourner cette 8e édition de Koh-Lanta. "Pour des raisons de sécurité, on a laissé les enfants chez ma mère, chez mes beaux-parents et la nounou. Moi, je suis parti pour cinquante jours, ma femme, la moitié à peu près [...] Si Hortense avait dû rester davantage, cela aurait été très problématique." "Koh-Lanta, c'est un peu long, mais compte tenu de la chance qui est la mienne, je m'interdis de me plaindre de quoi que ce soit."

Avec son épouse, en dehors des voyages imposés par son émission de vendredi soir, Denis Brogniart aime voyager loin, en amoureux ("je suis un mari amoureux !", confie-t-il), comme au nord des Philippines, "l'endroit le plus reculé que j'aie eu l'occasion de visiter." De là à lui prêter une réputation d'aventurier... "C'est un bien grand mot. Je n'ai rien d'un Paul-Emile Victor, d'un Haroun Tazieff ou d'un Jacques-Yves Cousteau. Sans compter que j'ai une peur phobique du vide et que je suis un superhypocondriaque !" Et Denis Brogniart d'entrouvrir une porte de la confidence : "Je crois que cela s'est amplifié depuis que j'ai perdu mon père. Il est décédé d'un cancer il y a seize ans. Tous les jours, je pense à la mort. C'est également pour ça que je suis aussi boulimique de la vie."



© La Dernière Heure 2008