Télévision On estime que 117 oiseaux se font croquer chaque seconde par les chats du monde entier. Le chat, ce tueur si mignon à 19H, ce lundi.

Regardez-le avec ses grands yeux, ses poils soyeux, ses ronrons envoûtants : on lui donnerait le bon Dieu sans confession. D’ailleurs, des millions de foyers l’ont adopté faisant du chat l’animal de compagnie n°1 de par le monde. Le succès de notre récent concours du plus beau spécimen ne dit pas autre chose : en Belgique aussi, on est gaga des matous. Pourtant, tout au long du documentaire diffusé ce soir sur Arte - les enfants vont adorer -, on ne cesse de nous rappeler que ce petit félin, domestiqué voici 9000 ans, est une véritable machine à tuer… Dans les campagnes où il s’attaque sans pitié aux souris et autres rongeurs, dans les villes où il ne fait pas bon être un moineau, mais aussi dans le désert australien ou sur près de 120 îles, disséminées sur les mers et océans de la planète, il fait des ravages.

En Nouvelle-Calédonie, où le réalisateur, Jean-Pierre Courbatze, a posé ses caméras, le chat haret - c’est-à-dire revenu à l’état sauvage ou mi-sauvage - s’attaque aux espèces endémiques qui n’avaient, jusqu’à la fin du 18e siècle, jamais dû se protéger de prédateurs. C’est le cas du puffin, un oiseau marin peu farouche, qui niche sur terre. Autour des nids, pourtant bien cachés dans le sol, ils sont nombreux, à la nuit tombée, à se faire un festin. Idem pour les lézards : 33 des près de 70 espèces qui vivent sur l’île de Grande Terre sont des mets très appréciés des harets. Lesquels - pas plus que nos animaux de compagnie - ne sont pas de fins gourmets : ils ne disposent que de 500 papilles gustatives quand l’homme a en plus de 9000. Mais le besoin en protéines est tel, pour ces petits carnivores, qu’ils chassent sans relâche, y compris en bord de mer et même là où meurent les vagues puisque certains d’entre eux ont développé de véritables talents de pêcheurs.

En Europe continentale et aux États-Unis aussi, les chats font des dégâts. On estime que 117 oiseaux s’y feraient croquer chaque… seconde ! En France, en dix ans, le nombre d’oiseaux de jardins tués aurait tout simplement doublé.

Car, malgré leurs grands yeux - qui leur permettent, la nuit, devoir huit fois mieux que les hommes - et leur jolie fourrure, les chats ont pratiquement gardé le même patrimoine génétique que leurs lointains ancêtres. Chasser est inscrit dans leurs gènes, qu’ils soient repus ou pas.