Début juillet dernier, Pierre Ménès annonçait qu'il quittait Canal+. Accusé d'agressions sexuelles après la diffusion du documentaire Je ne suis pas une salope, je suis journaliste (de Marie Portolano), le chroniqueur de Canal Football Club avait été mis sur la touche au mois de mars par la chaîne. Mais deux mois après son départ de Canal+, Pierre Ménès rebondit ailleurs, auprès du groupe Reworld Media (qui édite entre autres les magazines Top Santé, Télé Stars ou Closer). Dès le 12 octobre prochain, annonce L'Équipe, il lancera sa propre plateforme consacrée au foot: le Pierrot Football Club. Un nom qui n'est pas sans rappeler celui de l'émission dans laquelle le chroniqueur intervenait sur Canal+, puisque celle-ci s'appelait Canal Football Club...

Auprès de nos confrères français, le directeur général de Media365 (part de Reworld Media), Guillaume Sampic, a expliqué pourquoi le groupe donnait une nouvelle chance à Pierre Ménès en télé. Tout d'abord, c'est le profil de l'homme qui intéressait Reworld Media: "Dans notre groupe, on aime les entrepreneurs. Et on sait qu'un entrepreneur se prend parfois les pieds dans le tapis, connaît l'échec et quand il revient, il donne le meilleur de lui-même". "De plus, je ne suis pas fan du lynchage médiatique", a ajouté Guillaume Sampic. "Je ne le défends pas, mais autres temps, autres époques. Les choses ne se passent plus comme ça".Le fait que Pierre Ménès est un personnage "clivant" n'est pas un problème pour le groupe, car selon lui, Reword Media l'est aussi et s'en déjà "pris plein la tête" par le passé.

La plateforme Pierrot Football Club présentera des interviews, reportages et analyses entre autres, "le tout sans langue de bois et sur un ton décontracté, ce qui est ma signature", a précisé Pierre Ménès dans un communiqué dévoilé ce mardi.