Et cela, uniquement via l’application pour mobiles.

Le 31 mars, à l’exception du Luxembourg, tous nos voisins pourront s’abonner à la plateforme de streaming Disney +. Les Hollandais, qui bénéficient déjà de ce service depuis l’an dernier, seront en effet rejoints par les Français, les Allemands, les Britanniques mais aussi les Italiens et les Espagnols. Étrangement, alors que nos trois langues nationales seront couvertes, toujours rien nous concernant. Et vu le délai entre les annonces et la mise en service, pour des marchés certes bien plus vastes, on peut commencer à sérieusement douter d’un lancement en Belgique le 31 mars.

Si la stratégie concernant notre pays, au cœur de l’Europe, paraît difficilement compréhensible, elle se révèle jusqu’ici payante aux États-Unis. Une enquête menée par Sensor Tower révèle en effet que depuis le lancement de Disney +, l’application mobile de la plateforme de streaming s’est retrouvée en tête des téléchargements pendant quatre semaines. En moins de deux mois, elle a été "downloadée" 40,9 millions de fois, soit plus que Hulu et Amazon Prime Video ensemble pour toute l’année 2019.

On ne connaît pas encore le nombre d’abonnés à Disney +. En quelques jours, le cap des dix millions avait été atteint, mais depuis, c’est le silence radio. Vu le nombre de téléchargement, il a au moins doublé selon les analystes américains.

Toujours selon Sensor Tower, rien que via les applications, la plateforme aurait déjà généré 97,2 millions $. À titre de comparaison, HBO Now, sur la même période de 60 jours, avait rapporté 23,7 millions $ et Showtime 1,2 million $. Tous les voyants sont donc au vert pour Disney +. Sauf en Belgique, bizarrement.