"Elle est pulpeuse", "c'est à force de manger des bananes, voilà ce que ça fait": de telles remarques sexistes et racistes seraient inimaginables à la télévision aujourd'hui. Et pourtant, il y a quelques années, ces déclarations n'ont suscité aucune réaction et ont même été saluées par les rires et les applaudissements du public.

C'était en 1995: Patrice Laffont présentait le jeu télévisé "Pyramide", sur France 2. A ses côtés, une jeune femme noire, surnommée "Pépita", était chargée de remettre les cadeaux aux gagnants. Mais au fil des émissions, "Pépita" a surtout été la cible de nombreuses humiliations et moqueries.

Par exemple, quand il lui est demandé, après lui avoir fait la bise et une accolade, de s'asseoir sur les genoux d'un candidat "parce qu'il n'y a plus d'autres places".

 

Dans le rang des remarques qui mêlent racisme et sexisme, on notera cette séquence choc en lien avec la robe jaune portée par la jeune femme. Patrice Laffont débute: "C’est printanier, tout ça", avant d'être rejoint par Laurent Broomhead: "Certains disent qu’elle est pulpeuse avec son citron".  "Pépita", mal à l'aise, ne sait que répondre. Le public s'esclaffe et applaudit. "Je n’insisterai pas car je peux avoir la même pour rien", ajoute alors l’ancien présentateur de "Fort Boyard". Et "Pépita" de répondre: "La même? Je veux la rencontrer!". "La même en blanc!", précise alors le présentateur. Aucune réaction dans le rang du public, si ce n'est quelques éclats de rire.

Comparaison avec un singe

Le summum du racisme est atteint lorsque "Pépita" reçoit une carte postale à l'effigie d'un chimpanzé. " Oh c’est vous en photo Pépita", réagit alors la voix off de l'émission. " C’est à force de manger des bananes, voilà ce que ça fait", renchérit ensuite un autre participant. Encore une fois, des rires s'échappent de l'assemblée, qui en redemande.

Ces images chocs, ressorties par Etienne Carbonier dans l'émission "Canap 95", ont rapidement fait le tour des réseaux sociaux et suscité la polémique.