Dans ce premier numéro d’Expédition Pairi Daiza, Élodie montrera aux téléspectateurs comment elle procède au training médical des gorilles. 

"C’est une sorte de dressage où on leur apprend à nous donner certaines parties de leur corps pour pouvoir les soigner sans devoir procéder à une anesthésie", explique la soigneuse des grands primates. "Pour eux, c’est un jeu. On leur apprend à passer leur pied à la grille, par exemple. En échange, ils ont une récompense et nous, on peut leur mettre de la crème. Au fur et à mesure, une complicité s’installe et ça devient plus facile."

Pour une question de sécurité, les soins se font évidemment à travers une grille. "Il y a sûrement des zoos dans le monde où les soigneurs peuvent circuler dans la zone des gorilles mais pas chez nous. Nous avons ici six gorilles mâles en phase de transition, trois par volcan, qui ont été élevés en famille. Ils ont donc gardé leur instinct de gorille. C’est quand même dangereux pour nous", continue celle qui s’occupe de ces derniers depuis leur arrivée au parc, il y a quatre ans. "Cela fait 16 ans que je travaille à Pairi Daiza. Quand on m’a proposé de m’occuper des gorilles, j’ai dit "oui" tout de suite parce qu’on dit toujours qu’il faut être soigneur d’un animal qui nous ressemble. Dans le gorille, je retrouve mon côté brut de décoffrage ! (rires)"

Ces derniers mois, la soigneuse de 36 ans a toutefois dû redoubler de prudence avec ces grands primates qui, de par leur ADN très proche du nôtre, pouvaient contracter le coronavirus et contaminer ceux qui les approchaient. "On a dû modifier pas mal de choses dans la façon de prendre soin d’eux. On a renforcé nos mesures d’hygiène. On évite désormais les contacts directs. Le training est actuellement stoppé sur l’ordre des vétérinaires."