Après des mois d’attente, d’incertitude et d’interrogations en tous sens, l’Euro 2020 de football a enfin pris son envol. Et la compétition a plutôt bien démarré, tant sur le plan sportif que dans le public, n’en déplaise à ceux qui pensaient qu’un tournoi disséminé dans plusieurs pays était voué à l’échec et synonyme de non-engouement. Il suffit de jeter un coup d’œil sur les audiences télé pour comprendre que le succès est au rendez-vous. Pour leur premier match, les Diables Rouges ont attiré plus de 3 millions de téléspectateurs sur la RTBF et la VRT. L’entrée en lice des Bleus a aussi fait le plein. Plus de 900 000 personnes ont suivi leur duel face à l’Allemagne sur Tipik, record absolu pour la chaîne lancée en septembre 2020. En France, ils sont 15,1 millions à avoir regardé M6 qui diffusait le match.

Pour leur dernière rencontre de poule, les Diables Rouges ont rendez-vous avec la Finlande. Sur le papier, l’affrontement s’annonce totalement déséquilibré. Sur la plus haute marche du classement Fifa, troisième de la dernière Coupe du monde en Russie, la Belgique fait partie des favoris de cet Euro, malgré ses blessés. La Finlande, elle, participe à sa première phase finale d’un grand tournoi. Avec la Macédoine du Nord, c’est le seul pays à découvrir l’Euro. Même la génération de Jari Litmanen n’y est jamais parvenue…

Pourtant, il ne faut pas prendre à la légère ces Hiboux grands-ducs, surnom que l’on donne à la formation finlandaise. Pour accéder à l’Euro, elle s’est classée deuxième de son groupe, derrière l’Italie, s’il vous plaît. Il faudra se méfier de Teemu Pukki, l’attaquant qui a de la poudre dans les chaussures. Auteur de 10 des 16 buts qui ont qualifié son pays, il marque plus qu’à son tour : 30 réalisations en 90 sélections.

Les Diables Rouges sont prévenus et savent que l’affaire n’est pas dans la poche. Avant l’Euro 2016, ils ont été confrontés à ces Finlandais lors d’un match de préparation dont ils ne conservent pas forcément le meilleur des souvenirs. C’était sous l’ère Marc Wilmots. Brouillons, les Belges ont été menés à domicile à partir de la 53e minute suite à un but d’Hämäläinen. C’est Lukaku qui a dû sortir le grand jeu pour éviter la contre-performance et arracher le partage à la… 88e minute.