L’émission emblématique de France 2 est dans sa dernière ligne droite. Dommage : le programme était sérieux et bien ficelé. Faites entrer l’accusé 22.45

C’est une affaire qui fit grand bruit, en 2012, dans ce coin de France dont on parle peu : le Vexin. Maeva, une jeune femme de 23 ans, était sauvagement assassinée chez elle, son bébé d’un an dans les bras. Son mari, de retour du boulot, au milieu de la nuit, l’avait retrouvée baignant dans son sang, dans leur petite maison de Cherence. Qui pouvait bien en vouloir à cette jeune aspirante esthéticienne sans histoire, dans cette bourgade de 700 âmes où tout le monde connaît tout le monde ? En substance (et en une heure trente), c’est la question que l’on se pose ce soir dans Faites entrer l’accusé.

Si, certes, l’émission a, au fil du temps, épuisé toutes les grandes affaires judiciaires, de Guy Georges à Patrick Henry en passant par le petit Grégory et Omar Raddad, les journalistes de France 2 ont aussi su se renouveler et se sont fait fort de proposer, en vingt ans d’existence, des enquêtes moins médiatiques mais tout aussi passionnantes. La preuve, ce soir, avec L’affaire Berruet. Soit l’un des deux derniers inédits (le dernier, Nicolas Charbonnier, l’étrangleur de Strasbourg, sera diffusé la semaine prochaine) mis en boîte par le service public, avant que le programme emblématique bascule sur une autre chaîne.

Car depuis août 2018, le sort de l’émission, présentée à ses débuts par Christophe Hondelatta, était scellé. Lors de la conférence de presse de rentrée, Caroline Got, directrice de la chaîne, avait annoncé la fin de Faites entrer l’accusé sur France 2. Toutefois, au vu des réactions du public et au sein même de France Télévisions, cette décision avait été revue et, en octobre de l’an dernier, il était décidé qu’après diffusion des derniers numéros, c’est la chaîne TNT RMC Story qui profiterait du programme. Au grand dam de Frédérique Lantieri qui avait pris la succession d’Hondelatte en 2011.

Pour les téléspectateurs, férus de faits divers traités avec intelligence, sérieux et bien documentés, le coup est donc rude. Car ce ne sont pas les pâles copies diffusées sur d’autres chaînes qui viendront faire la nique à une émission qui, en vingt ans, et même si elle a été parfois moquée, n’a jamais pris le public pour un imbécile.