Son émission arrive en février prochain sur la chaîne privée.

Dès le 1er février prochain, L’Atelier de Flavie Flament ouvrira ses portes sur RTL-TVI. La journaliste, qui n’était plus apparue à l’antenne depuis 2013, fait son grand retour à la télévision avec une émission, adaptée du format britannique The R epair Shop, qui verra succéder, chaque semaine, des anonymes venus confier à des artisans spécialisés un objet qui leur est cher, parce qu’il appartenait à un de leurs proches, par exemple, et qui doit être restauré. Une nouvelle façon de raconter des histoires à la télévision…

"Ce qui nous intéresse, ce sont les objets, le temps qui passe et les souvenirs", expliquait Flavie Flament aux médias français lors d’une rencontre avec la presse. "Raconter les anecdotes qui se cachent derrière un objet est une jolie façon de parler de soi. Je fais de l’antenne depuis que j’ai l’âge de 16 ans et je n’ai jamais ressenti une telle alchimie avec un programme." À l’image de Sophie Davant dans Affaire conclue, la journaliste servira de confidente mais également d’intermédiaire entre la personne à qui appartient l’objet et l’expert qui donnera une seconde vie à ce dernier.

Diffusé depuis la fin de l’année dernière sur M6, L’Atelier a fait ses preuves niveau audience, rassemblant plus d’un million de téléspectateurs pour chacun de ses deux premiers épisodes. Après une déprogrammation liée à l’arrivée des téléfilms de Noël sur la chaîne, le programme a repris de plus belle.

Sur RTL-TVI, l’émission hebdomadaire prendra la place Norbert, commis d’office, tous les samedis à 17 h 35.

Ce retour à la télévision s’ajoute aux activités que Flavie Flament conserve sur RTL France, à savoir sa quotidienne avec l’animation d’On est fait pour s’entendre et son émission hebdomadaire Nous voilà bien.

Ces dernières années, c’est en étant derrière le petit écran que la journaliste avait fait parler d’elle. Celle-ci avait, en effet, piloté La Consolation, téléfilm adapté de son livre éponyme, retraçant l’histoire dramatique de son enfance, à savoir son viol par le célèbre photographe, David Hamilton. Cette affaire avait délié les langues d’autres victimes de l’homme qualifié de "prédateur" par Flavie Flament. Un mois après avoir été pointé du doigt par plusieurs accusations, il s’est donné la mort à son appartement parisien.