Ambiance paranoïaque sur les plateaux de la dernière saison de Game of Thrones, à en croire David Nutter, le réalisateur de trois des six épisodes finaux.

Les mesures de sécurité ont été élevées à des niveaux inimaginables, et pas seulement pour déjouer les plans des nombreux paparazzi qui tentaient de se planquer dans les décors. "Le problème, c’est qu’il n’y avait aucun papier sur le set, explique-t-il. La production voulait être sûre que personne ne savait ce qui allait se passer." Évidemment, ça complique les choses.

Non seulement de fausses scènes ont été tournées et il n’était pas question d’avoir une tablette pour relire ses répliques, mais toujours d’après le cinéaste, les contrôles "ont été amenés à un point où cela ressemblait un peu à la Gestapo. C’était difficile d’obtenir des réponses." Les fans les attendent avec une telle surexcitation qu’on peut comprendre cette débauche sécuritaire, histoire de ne pas gâcher le plaisir avant la diffusion des épisodes, en avril 2019.