Les frères Saive et Rochus, Van Herck, Scifo, Iachtchouk, Yerlès, Barzotti, Merhy, Tougaux et d’autres célébrités ont disputé un tournoi de tennis avec un seul grand vainqueur : le Télévie.

Au pied de la butte du Lion de Waterloo, le Télévie a installé ses quartiers durant une journée complète au Waterloo Tennis. Entre des célébrités de la télé, du sport et des chercheurs, tous ont sué avec une raquette en main pour assurer le show et faire grimper une cagnotte qui a dépassé les 100.000 euros.

Les frères Saive ont amusé la galerie. "Nous sommes venus pour faire plaisir à tout le monde et à nous-même pour une magnifique cause", commentait le parrain de la 14e édition qui a disputé la finale du tournoi. Et son frère Jean-Mi de rajouter : "La recherche gagne du terrain. Si on peut donner un coup de main modeste en montant sur un court, nous n’hésitons pas."

Parmi les habitués de la première heure, Enzo Scifo figure en haut de l’affiche. "Je suis un des plus anciens", confie l’ancien Diable rouge. "Je retrouve d’anciens collègues et surtout l’ambiance reste excellente."

En déambulant entre les courts, un constat s’impose. Sous des airs détendus, chacun se donne sans compter pour remporter la balle de match. Si les Rochus, Van Herck, et autres séries A en gardent un peu sous le coude, les célébrités affichent un très haut niveau de concentration. Comment ne pas tomber sous le charme d’un Freddy Tougaux, grand échalas à la main avertie ? Comment ne pas être séduit par le degré de maîtrise des frères Saive dont le finaliste Philippe ? Quelle que soit la taille de la raquette, ils ont le sens de la balle.

Oleg Iachtchouk, l’ancien Anderlechtois, ou le génial boxeur Ryad Merhy osent s’essayer à une autre discipline.

"Je n’ai pas l’habitude de jouer au tennis", confesse celui qui vient de remporter le titre de champion du monde WBA par intérim le samedi 19 octobre à Charleroi face au Hongrois Imre Szello. "Pour une fois, je n’avais pas un combat à préparer. J’étais très heureux de prendre la raquette."

Un peu plus loin, Bernard Yerles ou Fabien Le Castel ou encore Claude Barzotti enchaînent les autographes et les photos avec une joie authentique.

Le lien commun de toutes ces stars se nomme Alain Allan, le monsieur Télévie qui est aussi discret qu’efficace. Il ne compte plus les heures passées à mettre sur pied ses événements pour le Télévie : jogging, tennis, karting, poker… Il n’écarte aucune initiative.

"Mon ADN est toujours le même : réunir des personnalités et monsieur tout le monde. J’ai eu 66 clubs de tennis qui se sont bougés pour accumuler le plus d’argent possible pour le Télévie", dit Alain Allan avant d’énumérer son podium. "Linkebeek sport a vendu pour 13195 euros et devance tout juste le Léopold. Je suis toujours ému de revoir toutes ces personnes qui témoignent une fidélité exceptionnelle. Enzo Scifo est là depuis le début. J’ai commencé avec lui. Je me souviens que nous avions parlé de ce projet dans son resto. Daniel Falzone est également un père-fondateur. Je revois avec plaisir Claude Barzotti qui jouit d’une aura incroyable. On sent tout l’amour de ses fans. Bernard Yerlès, aussi, est un grand personnage. Il y en a un qui me tient à cœur, c’est Lorenzo Gatto, un violoniste qui est le Goffin de la musique."