Dans le livre qu’elle avait publié, en 2019, Maud Guillaumin avait réussi le tour de force d’éclairer sous un autre jour Igor et Grichka, les célébrissimes frères Bogdanoff. Car de leur enfance, on savait peu de choses, où alors elles étaient fantasmée, quand elles n’étaient pas réécrites par les frangins eux-mêmes.

On sait, à peu près avec certitude, que Grégoire Yourévitch Ostasenko-Bogdanoff – dit Grichka – et son jumeau Igor Yourévitch Ostasenko-Bogdanoff sont nés le 29 août 1949 à Saint-Lary, dans le Gers. Là même où leur grand-mère, venue de la cour de Sissi, s’était exilée par amour pour un ténor afro-américain. Elle y avait acheté un château, ouvert aux quatre vents, dont Grichka se souvenait avec émotion. “Les choses du passé nous construisent et contribuent à expliquer qui nous sommes”, nous confiait-il. “Il nous arrive de nous retourner sur notre enfance et de l’interroger, de la contempler. Ce qui nous intéresse, c’est ce qui relie les éléments du passé à ce que nous sommes aujourd’hui. Ce qui est contributif de notre identité, c’est une part d’enfance très importante, magistrale, même, et qui continue aujourd’hui. Nous ne nous sommes pas détachés de cette enfance, nous avons une dimension très proche de l’émerveillement. On est très ludiques, on rit facilement et on reste portés par cet état de grâce de l’enfance.”

Éternels adolescents, Igor et Grichka avaient pourtant fêté leurs 72 ans. De cette paire indivisible, il n’en reste donc plus qu’un aujourd’hui, l’aîné, qui a poussé son premier cri quarante minutes avant son frangin. “Entouré de l’amour de sa famille et des siens, Grichka Bogdanoff s’est éteint paisiblement, pour rejoindre ses étoiles”, a fait savoir son agent, dans la journée du 28 décembre. Selon des informations publiées par Le Monde, les deux frères avaient été hospitalisés le 15 décembre dernier et n’étaient pas vaccinés...

Élevés par leur grand-mère qu’ils adorent, les deux garçons bénéficient d’abord des leçons de précepteurs qui les éveillent, très tôt, aux langues étrangères. Plus tard, au début des années 60, tandis qu’ils étudient dans le Tarn, ils font le mur, la nuit, pour aller admirer la voûte céleste. Une passion vient de naître…

Après leur bac – Igor et Grichka affirment qu’ils l’obtiennent à 14 ans - ils “montent” à Paris et entreprennent des études de physique et de mathématique. En 1976, ils publient un premier livre, Clefs pour la science-fiction, préfacé par Roland Barthes.

Galvanisés par ce succès et avides de partager leurs savoirs, ils rêvent de télévision. Avec un culot et une obstination sans limite, ils parviennent à joindre Yves Mourousi, qui les invite sur le plateau de son JT. Séduit (comme beaucoup le furent par la suite), le présentateur leur met le pied à l’étrier en leur offrant une chronique dans Bon appétit : ils présenteront une séquence consacrée aux robots et aux extraterrestres. La suite est connue : dès 1979, dans leurs costumes argentés, à bord d’une soucoupe volante en carton (pilotée par Franck Dubosc!), ils présentent Temps X, qui deviendra culte dans le PAF.

“Chez nous, il y a deux faces. Il y a la part de blancheur, la part publique et puis la part d’énergie sombre, qui est plus secrète”, nous confiait encore Grichka. “Le fait que nous ayons commencé très tôt en faisant des livres et des émissions de télévision nous a mis en lumière, ce que nous ne cherchions pas nécessairement : ça, c’est la part ouverte. Et puis, la part ‘fermée’, ce sont des années de recherche solitaire, des questions qui peuvent paraître inaccessibles ou inutiles, comme l’origine de l’univers avant le Big Bang, qui nous mobilise toujours”

Il est parti avec son secret 

Il ne refusait pas d’en parler, du moins pas officiellement. Mais quand on tentait d’abord le sujet de son étrange transformation physique (et celle de son frère), Grichka bottait en touche. Dans le livre Le mystère Bogdanoff, Maud Guillaumin aussi s’y était essayée. Pourtant, du chapitre intitulé " La transfo rmation" , on ressortait avec autant de questions que de réponses. "Talleyrand a dit que, chez tout homme, il y a trois personnages : le personnage public, le personnage privé - dont on peut parfois extraire, malgré les réticences de la personne, des informations qu’il ne veut pas donner mais qui circulent quand même. Et puis, il y a le personnage secret. Celui-là, c’est un coffre-fort, souriait-il. Chez nous, il y a plusieurs choses qui sont dans le coffre-fort. L’image, le physique, les personnages, qui suscitent des débats et des questions. Mais il y a aussi des choses qui nous sont intérieures et elles sont inaccessibles. Nous sommes les deux seuls au monde à les connaître ! Je vais vous confier l’une de ces parts secrètes : j’ai été diagnostiqué ‘Asperger’. C’est un trouble du spectre autistique, qui est très masqué chez nous, par notre THP - très haut potentiel. Nous n’en avons jamais parlé."

Et tant pis si les théories les plus folles circulaient sur eux : les deux frères s’en moquaient bien, tout occupés qu’ils étaient à travailler encore et encore sur de nouveaux projets. Sur le plateau de Touche pas à mon poste, il y a deux ans, ils évoquaient "des expérimentations sur des rayonnements…" "Ce sont des longueurs d’onde qui sont plus ou moins pénétrantes et qui donnent, on peut dire, des interférences. Et c’est aux États-Unis que ça s’est passé, il y a très longtemps." Grichka est parti avec son secret. Ce n’est pas Igor qui risque de le trahir…