Après cinq années de dur labeur, dont les premières ont été supervisées par Uderzo, disparu en mars 2020, la série animée centrée sur Idéfix, le fidèle compagnon d’Astérix et Obélix, va bientôt voir le jour sur nos écrans. Intitulée Idéfix et les Irréductibles, celle-ci revient sur la vie du petit chien avant sa rencontre avec Obélix à la sortie d’une charcuterie de Lutèce. "Dans les bandes dessinées, Idéfix rencontre seulement Astérix et Obélix au cinquième tome. Ça veut dire qu’il a eu une vie avant. Et c’est ça qu’on a eu envie de raconter dans ce préquel", explique Céleste Surugue, directeur général des éditions Albert René.

Selon l’homme qui se cache désormais derrière Astérix et son univers, voir Idéfix avoir sa propre série télé était "un vieux rêve de Goscinny et Uderzo". Avant celle-ci, plusieurs autres propositions de série avaient déjà atterri sur sa table, sans toutefois être assez convaincantes pour voir le projet se réaliser. " Après le succès d’Astérix : Le Domaine des Dieux en 3D, on a été pas mal approchés par des producteurs pour faire des séries télé. Mais rien n’était assez satisfaisant. On a donc décidé de créer la série en interne ", indique Céleste Surugue, qui trouve que le personnage d’Idéfix était idéal pour le petit écran. " Astérix est un personnage transgénérationnel qui est là pour les albums et les grands événements audiovisuels. Pour la télévision, il fallait être en contact avec le plus jeune public, donc on a pensé qu’Idéfix était le personnage le plus adapté pour avoir sa propre série. "

Idéfix, ingénieux et leader

Le décor a été planté à Lutèce, là où Idéfix rencontre Obélix pour la première fois. " Dans cette ville, une bande d’Irréductibles menée par Idéfix résiste encore et toujours à l’envahisseur, ici le général romain Labienus, aidé de sa chatte Monalisa ma is aussi de légionnaires et de la meute de chiens romains ", explique le réalisateur Charles Vaucelle.

Doté d’un leadership et d’une ingéniosité exceptionnels, Idéfix va tenter de combattre l’injustice et d’emmener ses camarades avec lui. Les téléspectateurs feront la connaissance de Baratine, une chatte de gouttière à l’accent parigot, Turbine, une chienne dotée d’une pointe de vitesse incroyable, Padgachix, un bouledogue toulousain costaud, d’Asmatix, un pigeon vétéran des luttes gauloises ou encore du hibou Voldenuix.

Le retour de personnages cultes

Si Idéfix et les Irréductibles leur est consacrée, nos amis à quatre pattes ne sont pas les seuls personnages à entrer en scène. " Dans les 130 personnages de la série, on retrouve beaucoup d’humains. À l’image des Aristochats ou encore des 101 Dalmatiens, ceux-ci viennent en quelque sorte gêner les animaux qui vivent des aventures. Ils ne se parlent toutefois pas entre eux ", explique Charles Vaucelle, qui annonce également la présence, en arrière-plan, de plusieurs visages connus des aventures d’Astérix, à savoir Abraracourcix ou encore Bonemine. De quoi ravir les fans inconditionnels du Gaulois aux longues moustaches.

Uderzo était d’abord opposé à une série télévisée

Présente lors de la conférence de presse, Anne Goscinny, fille de René Goscinny, révèle qu’à la base, Albert Uderzo et elle étaient “opposés à ce qu’Astérix soit visible à la télévision avant de l’être au cinéma”. “On était d’accord là-dessus. Non pas que la télévision était déchoir, pas du tout. Mais on trouvait qu’Astérix méritait le grand écran, explique-t-elle. Avec Albert, on a trouvé que l’idée de faire d’Idéfix le personnage principal d’un spin-off était très intelligent. J’ai suivi, avec lui et ensuite avec Sylvie (fille d’Albert Uderzo, NdlR), toutes les étapes de la création de la série. Et aujourd’hui, je suis très heureuse d’avoir pu contourner cette auto-interdiction qu’on s’était promise, lui et moi. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !