“De toute façon les artistes, nous, on ne les écoute pas et on fait tout pour qu’ils la ferment", raconte Fabian Le Castel, en fin de chronique. "Vous connaissez l’expression: la culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale”, poursuit l'humoriste du Grand Cactus, en imitant le Premier ministre Alexander De Croo. “Nous, on va plus loin que l’étaler: on l’écrase, on la broie, on la presse, on l’écrabouille. En même temps, c’est pas comme si elle était essentielle. Devenez conducteur de tram ou infirmière, au moins vous serez utile. Faites-moi confiance!”

“On n'a plus du tout confiance, j'arrête les imitations"

Très remonté par la décision de Codeco d'une nouvelle fois fermer les salles de spectacles, Fabian Le Castel reprend sa voix normale. “Hé bien justement, nous, on n’a plus du tout confiance. Désolé, j’arrête les imitations pour ce matin parce que, de toute façon, on veut nous empêcher de vivre de notre art", explique l'artiste, en exprimant son ras-le-bol. "Là, c’est Fabian, l’artiste de spectacle vivant en mal de scène et de public qui parle. J’ai envie de dire qu’ils se foutent une fois de plus bien de notre gueule, mais je vais rester poli, car nous sommes quand même dans un moment de solidarité (l’opération de la RTBF contre la précarité “Viva For Life” se clotûre en effet ce soir sur la place de Tournai, NDLR). Alors je dirais juste ‘restons solidaires’ car malheureusement, c'est pas avec des guignols pareils que la précarité va disparaître. Alors continuez à faire des dons pour qu’au moins des enfants aient le sourire." Et de conclure: "Rideau, sans applaudissements”