Delarue s'explique sur son attitude en évoquant sa phobie de l'avion, l'alcool, le surmenage et la pression des paparazzi

PARIS Le feuilleton Delarue se poursuit en France. Après avoir été entendu dimanche pendant 9 h par la police suite à son comportement lors d'un vol en avion où il avait agressé le personnel de bord, l'animateur sera convoqué fin mars au tribunal de Bobigny pour "violence, outrage, agression sexuelle et tentative d'entrave à la circulation aérienne". Il sera jugé selon la procédure du plaider-coupable car "il a reconnu les faits" lors de sa garde à vue dans les locaux de la police des frontières de l'aéroport de Roissy.

Jean-Luc Delarue s'est également exprimé publiquement hier pour la première lors d'une interview en radio sur RTL. "Je regrette beaucoup ce qui s'est passé ", a-t-il avoué. "Je tiens à renouveler mes excuses vis-à-vis de l'ensemble des passagers et du personnel navigant pour avoir perturbé leur voyage. Je ne me souviens pas de tout mais suffisamment pour savoir que mon comportement n'était pas normal, loin de là, et pas acceptable. J'ai vraiment pété les plombs."

Pour tenter d'expliquer son attitude violente envers les hôtesses et stewards, il a rappelé qu'il avait la phobie de l'avion."Donc j'ai pris ce soir-là des somnifères plus quelques verres de vin, un mélange malheureux qui a eu d'autant plus d'effet sur moi que j'étais particulièrement tendu en raison du rythme des tournages des derniers jours et que je venais juste d'arrêter de fumer."

Il évoque aussi la pression des paparazzi, "qui est incessante depuis que j'ai eu un bébé". Et de conclure qu'il ne prendra plus de médicaments ni d'alcool en vol. "Il faut que je m'organise pour retrouver mon compte de sommeil, mieux répartir mes plannings de tournage qui se sont accélérés et considérer ce qui est arrivé comme une véritable alerte".



© La Dernière Heure 2007