L’humoriste de Mask Singer décrochera le téléphone de SOS Célébrités, bonjour ! sur RTL-TVI juste avant Noël, avec Lio, Mosimann et Lufy

“C’est la première fois que je fais une émission en Belgique, nous confie Jarry dans les coulisses de SOS Célébrités, bonjour ! (deux émissions diffusées avant les fêtes sur RTL-TVi) où des célébrités tentent de résoudre le problème des téléspectateurs via un call center. Cela faisait 3 ou 4 ans que j’avais dit que je ferais une émission chez vous. Je voulais faire un happening.”

Si l’humoriste et juré de Mask Singer sur TF1 a accepté ce programme -inspiré d’un concept britannique- plutôt qu’un autre, c’est pour une simple et bonne raison. “Cette émission est dans l’empathie, explique celui qui officie aux côtés de Lio, Quentin Mosimann, Danièle Gilbert, l’influenceuse Lufy ou encore Sandrine Dans, Jacques Van den Biggelaar, Loic (chef cuistot sur RTL) et quelques candidats de Vu à la télé (Laurence, Bénédicte et Muriel). C’est bien qu’on se mette à l’écoute des gens et que ce soient des stars qu’on appelle. C’est bien de rendre aux gens ce qu’ils nous donnent.”

Jarry est en effet quasi complet partout où il passe avec son nouveau chaud show -où il évoque son homosexualité sans tabou- intitulé Titre (cfr. www.corniaudandco.com). “J’ai une relation passionnelle avec la Belgique, dès que j’ouvre une date, elle est complète en une heure et demie. J’ai envie de leur parler et savoir ce que les gens vont me raconter.”
Auriez-vous du sang belge ?
“Non mais je suis malheureusement profondément amoureux de ce pays… Malheureusement, parce que cela me rajoute énormément de travail. L’année dernière, j’étais l’artiste français qui a fait le plus de dates en Belgique. Dans nos vies, c’est une chance de fédérer. Puis je me sens Belge. Vraiment, parce que je trouve que les Belges sont premier degré. Dans le sens où ils ne savent pas tricher. Un jour, à la sortie d’un spectacle à Charleroi, on m’a offert une bite en chocolat ! Le mec m’a dit : je l’ai moulé sur mon sexe. C’est là où je vous dis que vous êtes premier degré. Car personne ne se vanterait de ça, surtout quand tu vois la taille du sexe (rire) ! La Belgique est le seul pays où je rentre en France avec des croquettes pour mon chien, des livres, des bonbons, des gâteaux au chocolat et des peluches pour mes enfants. Si je mangeais tout ce qu’on m’offre, je ne pourrais plus marcher aujourd’hui ! Je serais obèse. Je suis très touché par votre pays car il a les mêmes valeurs que mon fief natal.”
SOS Célébrités, bonjour ! sera aussi une émission où vous ne serez pas obligé de faire rire…
“Et c’est très reposant ! Ici, je vais devoir faire part de mon expérience et de ce que je suis pour échanger avec les gens. Même si j’ai un peu peur de devoir parler de mes propres expériences personnelles, je n’ai rien à cacher. Dans le sens où toutes les choses par lesquelles je suis passé, elles ont fait l’homme que je suis aujourd’hui. Il y a beaucoup de bienveillance en Belgique. Vous ne vous en rendez pas compte mais vous n’avez pas perdu vos valeurs humaines. On dit souvent que vous êtes le frère handicapé de la France mais c’est une manière pour nous de ne pas assumer qu’on a perdu des choses fondamentales. C’est comme le naïf, il est toujours celui qui voit la réalité. Et je suis quelqu’un de très naif et d’extrêmement sensible.”
Une sensibilité qui va être mise à nu…
“Oui mais je suis content de mettre mon image au service d’une émission en Belgique. Même si je ne suis pas une célébrité. Je ne pense pas qu’il y ait des gens qui ont besoin de mes conseils… j’ai beaucoup de mal avec ça car moi, je suis un monsieur lambda. Depuis que je fais ce métier, j’ai toujours eu l’impression d’être l’intrus. Moi, je suis un fils de vigneron, je suis un mec de la terre. Alors c’est vrai que quand tu me vois, tu ne te dis pas que je suis un mec qui bricole. Je ne bricole pas mais j’ai gardé ces valeurs-là.”
Cette émission fait donc ressortir le côté humain des stars ?
“Exact. Bête exemple. Ça fait 5 ans que je vis où ce sont des gens qui prévoient mes journées… Mais dès que je retrouve une journée où c’est moi qui décide, je ne sais plus rien faire. Des trucs à la con comme lancer un programme de machine à laver. Je suis allé faire des achats et je me suis surpris à oublier que les prix les plus bas étaient ceux positionnés en bas dans les rayons. Mec, baisse les yeux ! J’ai aussi la chance d’être papa et ça, ça te ramène à une réalité. C’est-à-dire que quoique tu vives, quand tu sors d’une salle de 2000 places, et que t’as un caca liquide, tu sais que t’es obligé de lui faire prendre une douche. C’est ça la réalité !”
Il est vrai que le public connaît davantage le Jarry de la télé.
“Oui car je n’ai pas le temps d’aller dans le salon de tout le monde pour leur dire qui je suis. Mais j’ai l’impression que les gens, au travers du poste, sont super intelligent. Le téléspectateur sait à qui il a affaire. Après, je pense qu’aujourd’hui, il faut que je mette quand même un peu de distance… Parce que je me laisse quand même vachement bouffer par les gens. Dans le train, je peux écouter quelqu’un qui a des problèmes pendant deux heures. Et, des fois, quand t’es très fatigué, que tu prends tout le malheur des gens parce qu’une dame t’écrit pour te dire que son enfant de 9 ans va mourir et qu’il voudrait te rencontrer avant de mourir… Que le message d’après, c’est quelqu’un qui a de gros problèmes d’argent et qui va être mise à la rue, tu as beaucoup de choses où tu te dis : moi, en tant qu’homme, jusqu’où puis-je supporter ça ? Car moi, je ne peux pas faire semblant de prendre ça en compte. Je ne peux pas sauver tout le monde car j’ai déjà du mal moi à trouver un sens à tout ce que je fais.”
Pourtant, après Mask Singer où vous aviez démasqué notre compatriote Lio, vous voilà à votre tour en train de tomber le masque…
“Oui car j’en ai envie. Moi, j’ai l’impression d’être né à 27 ans, quand j’ai accepté mon homosexualité. Ça veut dire qu’en 27 ans, j’ai renié profondément ce que j’étais. Pendant 27 ans j’ai traversé des choses où je me suis dit que je n’étais pas comme les autres. Mais si t’es comme personne, tu ne peux appartenir à rien. J’ai encore ce sentiment-là des fois, de ne faire partie d’aucune famille. Que ce soit le Jamel Comedy club, Laurent Ruquier ou Arthur. Je crois que je n’appartiendrai jamais à personne car cette liberté-là, j’ai mis tellement de temps à la découvrir, qu’aujourd’hui j’ai profondément envie d’être moi. J’ai vraiment hâte de voir les cas auxquels on aura affaire dans l’émission.”