Sacrifier sa sexualité pour sauver sa vie, tel fut le choix drastique de celui qui a dirigé pendant vingt ans le service économique de TF1 et de LCI. La faute à son cancer de la prostate diagnostiqué il y a 15 ans. Une bataille et des épreuves que Jean-Marc Sylvestre témoignent avec honnêteté dans son bouquin “Tout n’est pas foutu” et dont le Parisien a dévoilé plusieurs extraits.

Si le patient est pris en charge à temps, les rémissions du cancer de la prostate sont plutôt bonnes. “Mais les traitements peuvent entraîner des incontinences urinaires, des dysfonctions érectiles ou même une incapacité totale à avoir une érection”, précise le quotidien français. “Un ami médecin m’a dit: ‘Tu es jeune, il faut que tu te fasses opérer’”, se rappelle le journaliste de TF1 et LCI. Si l'homme de 76 ans n'était pas passé par la case opération, il aurait été "confronté à d’atroces souffrances, avec la possibilité de voir des métastases se former sur ses os."

Prochain combat: un dépistage du cancer de la prostate obligatoire dès 50 ans

Jean-Marc Sylvestre s'est alors mis à la recherche du “meilleur chirurgien, celui qui sera capable d’extraire le crabe sans abîmer mon fusil de chasse”. Mais les conséquences de son opération sont lourdes. “Voilà. Je ne bande plus. Ma verge est morte, réduite à une vague présence sans vie, sans chaleur, un truc qui pendouille, une peau ridée par où passe l’urine, l’urine et rien d’autre, écrit-il ainsi dans son livre. Je n’ai plus de sperme”. Malgré cela, il relativise la chose: “Cela a été compliqué, mais ça s’est arrangé avec le temps, et avec l’âge mes exigences ont peut-être aussi diminué.”

C'est pourquoi le journaliste a décidé de parler de cette maladie sécrète et toujours taboue. Son livre-témoignage choc est surtout un message pour enlever la peur de ce cancer à tous les hommes. “L’impossibilité d’en parler s’est traduite par ce livre, c’était la seule solution, pour me libérer et retrouver confiance en moi”, conclut au Parisien celui qui se bat désormais pour que le dépistage du cancer de la prostate soit obligatoire dès 50 ans.