Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé jeudi de reconduire Jean-Paul Philippot pour un quatrième mandat de six ans à la tête de la RTBF, a-t-on appris auprès du gouvernement.

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé jeudi de reconduire Jean-Paul Philippot pour un quatrième mandat de six ans à la tête de la RTBF.

L'exécutif s'est appuyé pour ce faire sur l'avis positif unanime rendu en novembre dernier par un collège d'experts chargé par le conseil d'administration de la RTBF d'évaluer le bilan de M. Philippot à la tête de l'audiovisuel public, ainsi que l'avis favorable transmis le 23 janvier dernier par le conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) à son endroit.

M. Philippot devra présenter dans les trois mois son projet pour l'entreprise devant la commission Médias du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Ce renouvellement intervient après plusieurs semaines de polémique autour du salaire de l'administrateur général du Bd Reyers, ce dernier ayant perçu des années durant un salaire plus important que celui indiqué dans les rapports annuels de l'entreprise.

Le mois dernier, le gouvernement de la Fédération lui avait d'ailleurs enjoint de rembourser 60.000 euros de "trop perçu" salarial entre 2014 et 2018.

Reconduit jeudi pour six ans, l'administrateur général devra se contenter dorénavant d'un salaire plafonné à 245.000 euros annuels hors indexation, soit une réduction de l'ordre de 30% environ.

Agé aujourd'hui de 59 ans, M. Philippot était arrivé en février 2002 à la tête de Reyers. Au cours de ses trois mandats, il est parvenu à redresser les audiences ainsi que les finances de la radio-télévision publique, et lui faire prendre le train de la révolution internet.

Son plan de transformation présenté en 2018 visant à faire de la RTBF une entreprise 360° et 100% digitale a toutefois suscité beaucoup de remous au sein du personnel, celui-ci dénonçant les bouleversements dans le fonctionnement de l'entreprise et le manque d'effectifs.

M. Philippot a déposé plainte cette semaine contre X pour diffamation après que des employés anonymes de la RTBF ont fait parvenir au parquet de Bruxelles des documents prouvant, selon eux, diverses malversations dans l'exercice de ses fonctions.

A cet égard, le gouvernement arc-en-ciel précise dans un communiqué jeudi qu'il restera "vigilant quant aux conséquences des éventuelles poursuites judiciaires sur l'exercice du mandat de l'administrateur général".

"Le conseil d'administration (de la RTBF) est également invité à être attentif au même enjeu de manière à ce que cela ne puisse porter atteintes aux activités de l'entreprise", conclut le texte.