Télévision La journaliste de RTL-TVI nous emmène au parc du château de La Hulpe, lieu de ses balades dominicales avec son mari Adrien Devyver (RTBF) et leur petit Gaspard, qui a tout juste 13 mois.

Une interview avec Julie Denayer, ça ne se lit pas tous les jours. Non que la trentenaire snobe ses confrères journalistes, mais parce que son naturel timide la pousse à affirmer sans fausse modestie qu’elle n’a "rien de vraiment intéressant à raconter". Une timidité qui se marque surtout hors de sa bulle. Car ceux qui la côtoient peuvent témoigner de sons sens de l’humour. "Le rire, c’est la vie. C’est vrai que je suis une raconteuse de blagues même si ça ne se voit pas dans mon boulot", concède celle qui a accepté de se livrer un peu pour le démarrage de la saison d’Indices, qui reprend du service avec un sujet fort consacré aux abus sexuels sur enfant au sein des Témoins de Jéhovah notamment.

Outre Indices, qu’elle propose désormais sans Georges Huercano, Julie Denayer, c’est aussi - devant et derrière la caméra - Un crime parfait et Face au juge. Sans oublier le RTL Info 19 heures qu’elle présente en joker et Chroniques criminelles dont elle est le visage sur TFX, une chaîne satellite du groupe TF1.

Ça se passe bien, côté organisation ?

"On me demande souvent comment je fais pour goupiller tout ça, mais c’est un peu comme tout le monde. C’est l’expérience. Dès le début, comme journaliste pigiste, j’ai tout de suite travaillé sur plusieurs projets. J’ai appris à m’organiser. Ça me permet de faire plein de choses différentes. Sinon je n’aurais pas accepté. Tout le monde rit un peu de moi car mon agenda, ce sont des dos de feuilles A4 usagées. Je dessine une case par jour du mois et je les remplis. Parfois au chausse-pieds, mais ça finit toujours par rentrer, comme les pièces d’un puzzle."

La France s’intercale bien dans tout ça ?

(...)