Pour Alix, il n’y a pas de doutes : en votant contre Laurent, les autres aventuriers espéraient son départ. “C’est moi qu’ils visaient. J’étais la personne à abattre et, on l’a vu au conseil précédent : c’était plus facile de s’unir contre Laurent”, explique la Sudiste de 28 ans qui assume son caractère “rentre-dedans”. “Pendant un moment, j’ai essayé de me la jouer discrète mais le départ de Mathieu a déclenché la foudre chez moi. Je me suis dit qu’il était hors de question que je continue à me cacher sinon j’allais passer à côté de mon aventure. Depuis, les gens me voient donc telle que je suis, c’est-à-dire imposante. C’est pour ça qu’ils voulaient me mettre sur la touche.”

Votre métier de coach sportif a-t-il été un avantage dans votre parcours ?

“Oui parce qu’il faut un minimum de condition physique. Puis, pour être coach, il faut un leadership naturel, il faut pouvoir fédérer. Et, j’ai tout ça.”

De votre parcours, on retiendra surtout cette épreuve des piloris dont vous sortez gagnante. Quand vous y repensez, quel sentiment vous traverse ?

“Je me sens encore plus vivante déterminée à tout casser et incroyablement moi. Je me dis que je ne laisserai plus personne me mettre à travers de mon chemin.”

C’était important pour vous de donner cette victoire au Sud, votre région ?

“Oui, très. C’était une fierté de représenter la région qui m’a vue devenir la femme forte que je suis aujourd’hui. Quand je me regarde dans un miroir, je suis fière de moi.”

Avant de démarrer l’aventure, appréhendiez-vous les critiques et autres dérives médiatiques comme celle dont Laurent a été victime ?

“En participant à une émission suivie par 5 millions de téléspectateurs, je savais que j’allais être exposée aux critiques. Ça ne me faisait pas peur. Par contre, je trouve dommage de voir des gens massacrer Koh-Lanta, qui est quand même l’émission préférée des Français, en s’amusant à faire des commentaires haineux et des menaces de mort ! C’est vraiment triste et dommage qu’on puisse aller jusque-là pour un jeu. Koh-Lanta, c’est un divertissement, pas Hunger Games !”

Aujourd’hui, si la production vous propose de participer à nouveau à Koh-Lanta, que lui répondez-vous ?

“Suite aux événements que je viens de vivre (le décès de sa sœur, ndlr.), mes dents sont comme des baïonnettes. J’ai la dalle. Je rêve d’y retourner pour montrer de quoi je suis capable. Et, je vous assure, je pourrais aller très loin !”