Vingt aventuriers, dix hommes et dix femmes, tenteront de tirer leur épingle du jeu dans Koh-Lanta : Les armes secrètes. Et si aucun Belge ne fait partie de l’aventure cette fois-ci, le casting de cette saison, entièrement français (et dans lequel se retrouvent plusieurs candidats de la saison 19 annulée), comporte plusieurs candidats aux personnalités fortes qui ne manqueront pas de faire parler d’eux, et parfois même, d’agacer les téléspectateurs. On pense, par exemple, à Mathieu, élagueur de 29 ans originaire de Corse. "Avec moi, c’est tout blanc ou tout noir. Il n’y a pas de demi-mesure", dit-il dans son portrait. "Je suis très impulsif, colérique. Quand je m’énerve, mon cerveau se met en off et ça fuse au niveau de ma bouche. Je suis très mauvais perdant. Je suis incontrôlable quand je perds. Je vais à Koh-Lanta avec le couteau entre les dents, comme à la guerre. Je suis capable du pire comme du meilleur. Et, c’est dans le pire que je suis le meilleur."

De son côté, Aurélien, un pharmacien calvadosien de 34 ans, ne cache pas son extrême confiance en lui et sa détermination. "S’il faut revenir mille fois à la charge, je le ferai pour avoir ce que je veux. J’ai un ego assez surdimensionné, même parfois excessif. Ou on me déteste, ou on m’adore. Il y a rarement d’entre deux", avoue-t-il. "Trahir des gens, leur mentir, ce sont des choses que je serai amené à faire. C’est un jeu. La fin justifie les moyens. Le Saint Graal pour moi, ce serait de gagner Koh-Lanta." Sa personnalité est décryptée par Denis Brogniart. "Aurélien est quelqu’un d’intelligent. Il a préparé son aventure, il est capable de formuler par des mots ses sentiments, son ressenti, et, surtout, c’est quelqu’un qui est capable de fédérer. Bref, il a beaucoup de cordes à son arc. Il est comme un joueur d’échecs, il joue avec plusieurs coups d’avance, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. C’est un candidat redoutable", explique le présentateur.

La société de production de Koh-Lanta ne cache pas avoir finement sélectionné les candidats afin d’aller chercher "l’affrontement". "On a cherché le sentiment de compétition chez les candidats qui ont postulé. On voulait des gens capables de s’en sortir", explique Julien Magne, directeur des programmes d’Adventure Line Productions. Pour sa part, Denis Bogniart ajoute avoir "rarement vu un ensemble de candidats aussi homogène en termes de performance". "Cela engendre de fameux duels, poursuit-il. Il y a du niveau et des surprises. Il y a des aventuriers qu’on n’imagine pas forts mais qui le deviendront sur une épreuve."

© Alain Issock/ALP/TF1