Le coronavirus a bouleversé les grilles de programmes à plusieurs niveaux.

Les fidèles de TF1 l'auront peut-être remarqué. Samedi dernier, The Voice, la plus belle voix, s'est terminé à 22h33, soit une heure plus tôt que d'habitude. A l'image du télécrochet, certaines autres émissions de la chaîne française vont se voir amputer de plusieurs dizaines de minutes. Ainsi, selon Télé Loisirs, la durée des épisodes de Koh-Lanta sera réduite pour les quinze jours à venir. Le jeu d'aventure présenté par Denis Brogniart sera coupé en deux à partir de ce vendredi. Les téléspectateurs auront droit à un peu plus d'une heure de Koh-Lanta à la place des deux heures habituelles. Ne cherchez donc pas à savoir quel sera le prochain éliminé de l'aventure, vous ne le saurez que vendredi prochain ! Du côté de Quotidien, même constat, l'émission commence désormais à 20 h 15, soit près d'une heure plus tard que les semaines précédentes.

La raison de ce grand bouleversement? Le coronavirus... évidemment! A cause de la pandémie, le match de football France-Ukraine, initialement prévu en prime sur TF1 ce vendredi, n'aura pas lieu. La chaîne a donc décidé de diffuser une moitié d'épisode de Koh-Lanta pour remplir la case vide. Découper les épisodes permettra également de tenir plus longtemps sur la durée et diffuser la finale du jeu d'aventures (en partie en direct) "dans de bonnes conditions", écrit le média français.

En ce qui concerne The Voice, la plus belle voix, la tendance est à la pérennisation des numéros enregistrés. La dernière Battle du télécrochet est diffusée sur deux semaines consécutives. TF1 laissera ensuite place à l'épreuve des K.O., également enregistrées au préalable. Une façon pour la chaîne de gagner du temps avant l'arrivée des Primes diffusés en direct de Paris avec Nikos Aliagas aux commandes.

Egalement une façon de faire des économies

Le coronavirus n'entraine pas seulement l'impossibilité d'enregistrer des émissions en direct avec du public. La crise qu'il génère provoque également l'annulation en cascade des réservations d'espaces publicitaires effectuées par les annonceurs. Les chaînes sont donc confrontées à une chute vertigineuse de leurs recettes publicitaires. Pour pallier ce manque, elles doivent donc faire baisser le coût de la grille et donc écourter leurs émissions.