A l'heure où le retour à l'école ne semble pas toujours définitif en cette période pandémique, Olivier Pairoux a décidé de devenir une sorte de professeur d'écriture cinématographique ou télévisuelle. Mais ScriptBuster peut aussi intéresser tout type de profil, que ce soit réalisateur, scénariste, journaliste, que vous travailliez à la télé, sur ou pour les réseaux sociaux mais aussi le cinéma, la publicité ou le théâtre. En effet, tous ces supports ont besoin d'une écriture pour être compris, vu et entendu. C'est le concept et le challenge que se donne cet habitué des médias, directeur artistique chez RTL Belgium depuis 20 ans et animateur de Tribus (émissions de sports & aventures sur Club RTL) en cette période de disette culturelle. Histoire de combler un peu, à sa façon, le vide culturel qui existe depuis un an. Ou quand un ancien étudiant de l’IAD (Institut des Arts de Diffusion), section réalisation, devient à son tour professeur mais virtuel.

Un nouvel épisode chaque semaine

" Chaque semaine, je vais me pencher sur les principes scénaristiques et ne vous étonnez pas si vous m’entendez de nombreuses fois évoquer les Goonies. C’est le film référence de mon enfance !, explique celui qui exposera, chaque mercredi à 18 heures sur sa chaîne Youtube, les principes du storytelling qui répondent à plusieurs théories de la narration (des théoriciens John Truby à Robert McKee en passant par Christophe Vogler, Blake Snyder ou encore Steve Kaplan). ScriptBuster, c’est une façon de partager mon expérience, d’éviter les pièges ou motiver les jeunes à se lancer dans un projet d’écriture. Bien entendu, ce sont les bases de la théorie, des conseils, mais au final, l’écriture étant un long parcours, l’idée est d’inspirer et de motiver pour que chacun trouve sa méthode et sa vérité."

ScriptBuster en clin d'oeil à GhostBusters

Passionné d’écriture scénaristique depuis plus de 15 ans, Olivier Pairoux a donc créé sa chaine YouTube pour transmettre les clés du storytelling. Et afin de permettre aux jeunes qui démarrent l'écriture de s'y retrouver, les références utilisées par Olivier Pairoux dans ses vidéos sont forcément cultes et (re)connues de tous. Il évoque les Goonies, en passant par les Simpson, Maman j'ai raté l'avion, Rocky ou encore Forrest Gump. Sans oubiier GhostBusters (SOS Fantômes) qui n'est autre que le film culte de son enfance auquel il fait clin d'oeil pour son concept de ScriptBuster. Pas étonnant donc que son premier-long métrage Space Boy fasse référence à l'ambiance des années 80 dans laquelle il a baigné petit.

Après un premier court métrage remarqué et intitulé Puzzle (avec Philippe Katerine), son premier long métrage SpaceBoy devrait sortir prochainement en Belgique. En attendant la réouverture des cinémas chez nous, le film est toutefois visible dans les salles au Luxembourg. Et SpaceBoy, co-écrit avec Eusebio Larrea (directeur des productions RTL Belgium), fait déjà parler de lui en dehors de nos frontières. Après Montréal (Festival International de Films pour Enfants de Montreal) et la Suède (Buff International Film Festival), ce film d’aventures familial teinté de nostalgie -qui se déroule à une époque où l'exploration spatiale battait son plein- voyage même aux Etats Unis. SpaceBoy vient en effet d’être sélectionné au Cleveland International Film Festival (du 7 au 20 avril) et au Focus French On Cinema de New-York (du 21 au 30 avril).

En route vers son deuxième long-métrage

"Depuis 20 ans, j’ai réalisé énormément de projets, conclut Olivier Pairoux. Que ce soit pour la publicité ou la télévision. Depuis maintenant 10 ans, je me suis vraiment mis à fond à la fiction. J’ai écrit et réalisé Puzzle, un court-métrage avec Philippe Katerine avant d’écrire et de réaliser SpaceBoy, mon premier long métrage. Et depuis quelques jours, je viens de terminer l’écriture d’un deuxième film que j’espère tourner prochainement (Vigilante, Ndlr.). Je suis passionné par l’écriture, c’est devenu une véritable obsession. J’ai beaucoup lu sur le sujet, j’ai participé à de nombreuses masterclass avec aujourd’hui après mon expérience sur mes projets, l’envie de partager tout ça. Et surtout d’échanger et de motiver les plus jeunes à l’écriture. Voilà comment est né ScriptBuster.».