Il ne portait pas l’équipement adéquat sur son scooter. Mais le code de la route n’est pas très clair en la matière.

Ce n’est pas tant l’amende infligée, 58 euros en l’occurrence, qui agace Patrick Weber mais plutôt le code de la route qui lui a valu d’être verbalisé le mois dernier.

Le célèbre animateur de la RTBF, aux commandes de l’émission C’est pas fini, tous les soirs de 18 h à 19 h 30 sur Vivacité, a été arrêté par des policiers alors qu’il rentrait d’un tournage au palais royal. Motif ? Ses chaussures ! Les policiers les ont jugées inadéquates à la conduite d’un scooter. Une Vespa précisément. Plutôt que de dresser un premier avertissement, comme cela se fait régulièrement, les policiers ont préféré directement verbaliser l’animateur qui a tenté de leur prouver sa bonne foi, assurant qu’il ignorait qu’il fallait des bottes adaptées également pour les scooters. "Mais nul n’est censé ignorer la loi, donc j’ai été verbalisé. Ce n’est pas grave du tout en soi mais il faut bien reconnaître que le code de la route est assez vague en la matière."

Un avis auquel adhère en partie le spécialiste de la sécurité routière et porte-parole de Vias, Benoît Godart. "Le code de la route dit précisément qu’outre le port d’un casque homologué, les conducteurs et les passagers des motocyclettes portent des gants, une veste à manches longues et un pantalon ou une combinaison ainsi que des bottes ou des bottillons qui protègent les chevilles. Il est vrai que si le casque doit être homologué, pour le reste, ce n’est pas le cas. La loi n’impose aucun critère concernant la matière des autres protections. On compte en principe sur le bon sens pour ce qui est des gants et des bottes. La loi ne prévoit en effet pas un type de gants ou de chaussures en particulier mais la sécurité doit toujours primer sur le look."

Un utilisateur de scooter sur deux mal équipé

Et si les motards semblent désormais pleinement prendre conscience de l’importance d’un bon équipement pour leur sécurité comme le constate Vias sur les routes, les utilisateurs de scooters, eux, n’ont pas encore ce réflexe. La dernière mesure réalisée par Vias en la matière démontre que 80 % des motards sont parfaitement équipés en Belgique mais ce chiffre chute à 41 % seulement en ce qui concerne les adeptes du scooter.

"L’élément légal d’équipement qui fait le plus souvent défaut aux usagers de deux-roues motorisés est la paire de chaussures protégeant la cheville. Il est assez logique que cet équipement, qui ne protège pas un organe vital soit plus négligé que le casque ou le blouson. Les chaussures moto n’en sont pas moins un équipement efficace, réduisant le risque de fracture en cas d’accident et dont les utilisateurs des deux-roues tireraient un réel bénéfice", assure Benoît Godart.

Un conseil que l’animateur Patrick Weber applique désormais au quotidien. "J’embarque chaque fois des bottines dans un sac et je m’en sers dès que je grimpe sur mon scooter. J’ai bien compris que c’était nécessaire mais il faut tout de même avouer que la sensibilisation à cet équipement n’est pas très importante puisque je le répète, je l’ignorais sincèrement."

En bon citoyen, Patrick Weber précise enfin qu’il s’acquittera de son amende après réception de celle-ci.