Miami, le 25 février 1964. Quelques minutes avant son combat légendaire face à Sonny Liston, Cassius Clay ferme la porte du vestiaire pour s’isoler et prier avec un homme qu’il considérait comme son frère : Malcolm X. Accra, trois mois plus tard. Lorsque les deux hommes se recroisent sur le parterre d’un hôtel de la capitale ghanéenne, celui qui est devenu, entre-temps, champion du monde WBA, a rejoint la Nation of Islam (NOI) et s’appelle, désormais, Mohamed Ali, va dire adieu à son ancien ami. “Tu as tourné le dos à Elijah Muhammad. Tu as tort de faire ça mon frère.” C’est ce revirement que tente d’expliquer Marcus A. Clarke (Rapture) dans son documentaire Frères de sang : Malcolm X et Mohamed Ali.

“Les plus libres”

Pendant 96 minutes, le réalisateur remonte de manière chronologique, l’histoire de cette amitié entre deux personnalités historiques. “Malcolm X et Mohamed Ali étaient deux des hommes noirs les plus libres que le XXe siècle ait fait naître. Naturellement, cette indépendance s’accompagne d’un fardeau et le prix à payer pour vivre libre est élevé”, pense Cornel West, activiste politique et professeur d’université. Il n’est pas le seul à être interrogé.

Marcus A. Clarke a réalisé de nombreuses interviews. La fille de Malcolm X (Ilyasah Shabazz), le frère et la fille du boxeur (Bahman Ali et Maryum Ali), les professeurs Herb et Todd Boyd, des journalistes sportifs, le manager de Mohamed Ali, ou encore des membres de la NOI…

Le réalisateur a, aussi, puisé ses infos dans de nombreuses archives audios, vidéos et de superbes photos. À ce sujet, les infographies réalisées pour les mettre en valeur sont très belles. Tout comme la musique signée par Thomas Brenneck du Menahan Street Band (connu pour sa collaboration avec Charles Bradley).

Ce travail de recherche sérieux permet d’esquisser, avec précision, le portrait de ces deux hommes et leurs points communs. Leur enfance dans une Amérique ségréguée, les injustices et drames qui les ont marqués (le père de Malcolm X a été retrouvé mort sur une voie de tramway, Cassius Clay n’a jamais oublié l’assassinat du jeune Emmett Till…), leur rencontre fortuite dans un dîner, leur amitié qui s’est forgée rapidement, leur engagement dans NOI, leur charisme et leur aura auprès de la communauté afro-américaine, l’influence qu’ont eu les deux hommes sur les discriminations raciales. mais aussi, leur radicalisation. “Malcolm X est devenu célèbre en étant dur avec les gens comme vous, les blancs. Des diables blancs, des chiens blonds aux yeux bleus”, balance Mohamed Ali sur un plateau télé en 1968. “Je ne crois pas à la non-violence, mon credo c’est œil pour œil, dent pour dent”, répondit quelques années plus tôt Malcolm X à un journaliste qui lui parlait des préceptes de Martin Luther King.

L’activiste aurait, aussi, exprimé sa joie après l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy lors d’un rassemblement. Ce qui lui a valu d’être suspendu par NOI et son dirigeant Elijah Muhammad. L’activiste sera assassiné en 1965. Note importante, le documentaire Frères de sang est interdit aux moins de 16 ans.