Télévision Le quotidien enrichit son offre économique et financière. "Plus", "mieux" et "proximité" sont les maîtres-mots.

Nos confrères de La Libre Belgique font peau neuve ou presque. Ils ont revu entièrement leur offre économique, un des piliers du quotidien. Depuis samedi dernier, le supplément La Libre Entreprise est devenu La Libre Éco. Mais ce n’est pas la seule mutation. C’est toute l’offre qui a été revue, tant dans les pages du quotidien que sur le site internet du journal, qui a bénéficié d’un relooking et propose désormais des performances et une navigation améliorées. Plus de convivialité aussi.

"Nous avons constaté qu’il y a une demande pour plus d’informations économiques et financières, qu’il s’agisse de la vie des start-up, etc.", indique Dorian de Meeus, le rédacteur en chef de La Libre. "Tous les sujets qui touchent aussi au patrimoine, à l’immobilier ou à la fiscalité ont énormément de succès et sont plébiscités par nos abonnés en ligne."

Si toute l’information existe sur Internet, encore faut-il savoir où la trouver et à laquelle se fier. Ce que propose La Libre Éco est non seulement crédible et certifié mais se veut aussi une information indépendante proposée à travers des outils vraiment didactiques, insiste Dorian de Meeus. "Nos lecteurs peuvent être certains que tous les comparatifs que nous leur proposons, par exemple de crédits ou sur les taux, ont été approuvés par les banques elles-mêmes et des indépendants. Il s’agit de donner les chiffres les plus précis et les plus justes pour permettre à chacun de prendre la bonne décision. Nos outils permettent d’éviter de devoir faire le tour des banques ou des assureurs."

Les utilisateurs ont aussi la possibilité de gérer un portefeuille en ligne. Les cours des actions, obligations et de tous les fonds de placement agréés en Belgique par le régulateur du marché sont accessibles, de même que les marchés américains.

Le rédacteur en chef de La Libre l’assure : les lecteurs, qu’ils soient sur papier ou sur Internet, auront plus et mieux. L’équipe s’est enrichie de cinq personnes et permet plus de réactivité. "Mais l’objectif n’est pas d’inonder la plateforme d’informations aussi inintéressantes qu’inutiles", précise François Mathieu, manager de La Libre Éco. Sélectivité et exhaustivité sont les maîtres-mots. "Un beau défi par les temps qui courent", ajoute-t-il.

Les avis du milliardaire américain Ken Fisher

Observateur aguerri des marchés, Ken Fisher est l’incarnation de ce qu’on appelle le rêve américain. À 29 ans, il a fondé sa société d’investissement avec seulement 250 dollars. Depuis, celle-ci en pèse 96 milliards et la fortune personnelle de Ken Fisher est évaluée à 3,4 milliards par Forbes. Autant dire qu’il en connaît un rayon en matière d’investissements.

Et ça tombe bien puisque Ken Fisher fait partie du pôle d’experts qui partageront leurs opinions avec les lecteurs de La Libre Éco. En effet, à côté de l’équipe rédactionnelle, toute une série d’experts s’exprimeront de façon régulière sur la plateforme. Il s’agira de personnalités issues du monde de l’entreprise, de l’économie et de la finance ou encore d’universitaires. Mais aussi d’institutions comme l’Union wallonne des entreprises et l’Union des classes moyennes.