DPG Media, la maison-mère de médias flamands comme VTM, Het Laatste Nieuws et Q2, va se séparer de maximum 87 travailleurs au lieu de 145. 

La société issue de la fusion de Medialaan et De Persgroep Publishing a confirmé lundi cette information donnée par le journal De Tijd. DPG Media avait annoncé fin septembre vouloir réduire ses activités en lien avec la télévision classique, parallèlement au développement de son offre numérique. La direction avait précisé que 145 emplois étaient menacés dans les services de télévision classique et de support, tandis qu'une cinquantaine de postes seraient créés, principalement des profils digitaux.

Depuis, les phases d'information et de consultation prévues par la législation sur le licenciement collectif ont permis aux représentants des travailleurs de faire des propositions. Le nombre de licenciements a été ramené à maximum 87, notamment grâce à des changements de fonction en interne. Une partie des emplois de VTM seront externalisés, mais on ignore encore quels emplois précis seront concernés. Le service d'informations de VTM sera touché. Cependant, aucun journaliste ne devrait être licencié.