Télévision La série médicale a révolutionné la télé voici un quart de siècle.

La vie de téléspectateur n’est pas toujours un long fleuve cathodique tranquille. Un beau jour, alors que les yeux traînent distraitement sur le petit écran, le passé vous saute à la figure. Et vous vous rendez compte que 25 ans viennent de défiler en un temps record. George Clooney, avec une coupe de cheveux digne d’un chanteur disco, sourit béatement dans sa tenue de pédiatre, dans les couloirs d’un hôpital. Et là, d’un seul coup, c’est Retour vers le futur, avec une escale temporelle le 19 septembre 1994.

À l’époque, on n’entendait pas systématique "What else ?" au passage de George Clooney. En fait, personne n’avait la moindre idée de qui il était. L’acteur le plus connu de la série, c’était Anthony Edwards. Ce n’est pas un hasard si on lui a confié le rôle de chef d’équipe : il avait déjà tourné dans Top Gun, alors que son charmeur de partenaire présentait pour principal fait d’armes d’avoir participé à huit pilotes de séries… qui n’ont jamais vu le jour. Un record dans le genre.

Le premier épisode tourne pourtant autour d’un autre comédien, un jeune premier auquel les producteurs croient beaucoup : Noah Wyle. On le voit débarquer à l’hôpital et prendre ses marques tant bien que mal. Julianna Margulies, Eriq La Salle complètent le casting, mais la vraie star de l’époque, c’est Michael Crichton, l’auteur de cette série inspirée de sa propre vie.

Tous ensemble , ils changent l’histoire de la télé ce 19 septembre 1994. Les séries médicales prennent leur envol, les plans séquences avec des acteurs qui bougent sans cesse autour de la caméra cassent la mise en scène classique, Quentin Tarantino se met à aimer la télé (il a réalisé un épisode) tout comme les stars de cinéma, désireuses de faire des apparitions. Sans Urgences, la télévision ne serait pas la même. Et notre vie non plus. Cela justifie donc largement de fêter l’anniversaire des 331 volets qui, pour la première fois, ont fait rêver des hôpitaux.