Samedi, sur le plateau d'"On est pas couché", Laurent Ruquier appelait au boycott de Miss France en opposant le concours au féminisme. Des candidates lui ont répondu !

L'animateur français a évoqué la marche du 23 novembre contre les féminicides pour ensuite embrayer sur le boycott du concours Miss France. "Puisqu'il faut arrêter de regarder les femmes comme des objets, cesser de les juger sur leur physique, et systématiquement privilégier les plus jolies, je lance un appel: boycottons cette année l'élection de Miss France, en plus c'est sur TF1, c'est très bien", a-t-il clamé avant de qualifier le concours de "ringard".

Ces déclarations ont notamment fait réagir Camille Cerf, ancienne Miss France, et Vaimalama Chaves, l'actuelle Miss de l'Hexagone. Gagnante du concours en 2015, Camille Cerf considère qu'on peut être à la fois Miss France et féministe. Elle l'a d'ailleurs revendiqué  sur Twitter: "Faut il rappeler ce qu’est le féminisme ? Je ne vois pas ce que l’égalité Homme/Femme vient faire dans le questionnement de la légitimité du concours."


Vaimalama Chaves, qui porte actuellement la couronne de la plus belle Miss, a également fait une sortie sur le même réseau social pour répondre à la polémique: "Participer à Miss France est un choix, c’est l’expression de la liberté de choisir, du droit de s’exprimer de chaque candidate à l’élection. Pourquoi serait-ce contraire au féminisme ?", a-t-elle commenté. Miss France 2019 a également répondu à une internaute qui affirmait que le concours de beauté n'était pas féministe et représentatif de la femme française puisqu'il exclut les femmes âgées, celles de petites tailles, les femmes en couple ou les trans. "En fait, si le public votait pour ces femmes trans, 'grosses', handicapées, elles pourraient être là. C’est encore une fois le choix des Français. En ce qui concerne l’âge et le célibat, c’est parce qu’on est amenée à partir loin, longtemps, dur dur donc d’assumer un couple/foyer".