On savait Jean-Marie Bigard remonté contre les mesures mises en place pour lutter contre le Covid-19 en France. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'il tient des propos polémiques. Mais on n'avait encore jamais vu l'humoriste autant en colère qu'au cours de cette interview pour France Bleu, dans laquelle il est sorti de ses gonds (c'est un euphémisme). L'humoriste, qui se défend d'être un complotiste ("Il faut arrêter avec ce mot"), s'en est d'abord pris aux "scientifiques" (avec guillemets et une voix stridente, comme il les appelle), pour dénoncer leurs incohérences. Notamment celles qui concernent le port du masque.

"Quand les scientifiques nous disent qu'il ne faut pas porter le masque, c'est dangereux et que trois semaines après, ils te disent : il faut porter un masque, c'est obligatoire. Qu'est-ce qu'on peut penser ?", s'insurge-t-il. 

Bigard se fait alors reprendre par la journaliste Déborah Grunwald, qui lui rappelle que les scientifiques sont "paumés" face à ce nouveau virus et qu'ils n'ont pas encore toutes les réponses. Mais Bigard persiste encore plus en colère. "Les décideurs ! Ça te va les décideurs ? J'en ai rien à branler qu'ils soient deux sur 100 millions mais c'est eux qui décident ! Je te parle des décideurs ! Ils sont pas paumés, il obéissent à des contraintes (...) ils sont aux ordres du pognon".

Tout cela après avoir lancé un "Manifestement tu ne comprends pas. C'est normal, tu es une femme. Je ne t'en veux pas" à son interlocutrice...

"Jean-Marie... Vous avez une rage incroyable"

Estomaquée par une telle colère, Déborah Grunwald interpelle alors Bigard et l'agressivité de ses propos. "Jean-Marie... Vous avez une rage incroyable", remarque-t-elle.

Ce dernier pouvait difficilement contester. "Je suis enragé. On nous prend pour des cons. On nous manipule. On organise une dictature chez nous. Comment veux-tu que je ne sois pas en colère ? On fait crever nos commerces. On détruit l'industrie mondiale. À qui profite le crime ?"