Télévision Soirée spéciale gastronomie noire, jaune et rouge ce soir dans la saison 8 du Meilleur pâtissier.

Au menu de cette 5e émission, direction notre plat pays. En effet, pour son défi, Cyril Lignac demande à nos pâtissiers de transformer une boisson particulièrement belge en dessert d’exception : le célèbre café liégeois. Mercotte invitera ensuite nos dix candidats à réaliser un joyau de la pâtisserie belge qui réclame un véritable savoir-faire pâtissier : une Kroon, à savoir une couronne. Enfin, pour l’épreuve créative, l’humour belge sera mis à l’honneur via la réalisation d’un gâteau selon la blague de leur choix. La tout sucré par la présence d’une pointure du macaron en Belgique, Jean-Philippe Darcis, avec lequel l’ancienne finaliste (Valériane) a fait des ateliers en sortant du concours.

Ou quand la touche belge est aussi un atout en télévision. "J’ai l’impression qu’on aime le candidat belge en pâtisserie", glisse Lu-Anh, la candidate brabançonne de cette saison en évoquant les deux finalistes du concours (Mélanie en 2016 et Valériane en 2018). "Même s’ils nous charriaient quand même un peu avec leurs jeux de mots", sourit Valériane. "Au niveau de la pâtisserie, il faut juste savoir que c’est de la pâtisserie française, il faut donc s’adapter…" déplore Lu-Anh, soutenue par Valériane. "Oui, ils sont moins sucrés que nous, donc j’y faisais particulièrement attention car je sais qu’ils sucrent moins."

La Jackie Van Damme de la profession

"Belge est un atout mais c’est surtout stressant car tu représentes ton pays, souligne Valériane. Et c’est ce qui m’arrive souvent quand je regarde une émission où il y a un Belge. Je me dis : ‘Ah, elle est chouette, super, qu’elle aille loin !’ Soit je me dis : ‘C’est catastrophique et c’est la gêne pour notre pays’. L’image était importante pour moi." Et Lu-Anh ne dira pas le contraire… "En plus moi j’avais la pression de savoir que j’étais la seule représentante de mon pays. Surtout avec mes origines étrangères, j’avais encore plus la pression de me dire que la Belgique est représentée par une étrangère. Donc, tu ne veux vraiment pas décevoir." Mais cette ancienne sportive de haut niveau (elle a pratiqué un art martial vietnamien duquel elle est sortie médaillée au championnat d’Europe), analyste de données et mère de deux enfants n’est pas une gourmande pour rien. "S’ils m’ont choisie, c’est lié à ma personne je crois. Comme je parle très vite parfois, c’est comme si mon cerveau déconnectait et que ma bouche va plus vite que mon cerveau (sourire) ! Je m’embrouille sans cesse donc, à un certain moment, on m’a surnommée le Jean-Claude Van Damme et la Jackie Chan de la pâtisserie. Qui est devenue, selon l’animatrice Julia Vignali, la Jackie Van Damme de la profession (rire) !"