Télévision Julien Cohen, l’antiquaire star d’Affaire conclue, retrace son incroyable parcours professionnel et personnel dans un bouquin.

"Un jour, mon fils Zacary m’a dit : ‘Papa, quand mes potes discutent avec toi, ils sont bouche bée en ce qui concerne ton parcours. Pour eux, tu es un exemple.’ C’est à la suite de cette discussion que j’ai décidé d’écrire La Vie est un jeu (Robert Laffont), mon premier bouquin. Il retrace ma vie professionnelle et personnelle… Enfin, en ce qui concerne cette dernière, j’avais tendance à en dire beaucoup trop. Ma femme m’a donc aidé à édulcorer tout ça ! (rires)"

La carrière de Julien Cohen est certes impressionnante (il a réussi à la fois dans la publicité, les télécoms ou encore le commerce des vêtements - son père est le créateur de la société B.U.T.) mais c’est surtout grâce à Affaire conclue, émission dans laquelle il officie en tant qu’acheteur depuis deux ans, que son nom est désormais connu de tous. Charismatique et déterminé, l’homme aux lunettes bleu flashy ne laisse personne indifférent. "Quand j’ai dit à mes enfants que j’allais participer à cette émission, ils m’ont dit, d’entrée de jeu : ‘Papa, ça va être un calvaire pour les autres !’ Ils me connaissent, ils savent que je suis joueur et que je ne lâche rien."

Dans votre livre, vous dites bien vous entendre avec les autres acheteurs d’Affaire conclue. Lors d’une enchère, vous ne leur faites toutefois pas de cadeau…

"Mon parcours a fait que j’ai très peu d’amis. Sur Affaire conclue , j’en ai quelques-uns : Caroline, Stéphane et ma sœur de cœur Alexandra. Le reste, ce sont des relations de travail. Et, je peux vous dire que quand l’enchère arrive, il n’y a plus de copains !"

Vous ne regrettez jamais d’être passé à côté d’un bel objet ?