Joëlle Scoriels a clôturé, ce mercredi soir, l’aventure "69 minutes sans chichis".

Mon invité rêvé ? Benoît Poelvoorde ! Monsieur Poelvoorde, si vous m’entendez, j’aimerais vous dire que vous êtes le bienvenu sur le plateau de 69 minutes sans chichis !" Le rêve de Joëlle Scoriels a finalement été exaucé. Enfin presque. Ce n’est pas sur le plateau du magazine de La Deux que l’animatrice a pu cuisiner l’acteur du Grand Bain mais dans sa chambre d’hôtel bruxelloise. "Tu m’as invité plusieurs fois mais j’ai toujours refusé parce que j’étais en promo, s’explique le monstre belge du cinéma. Là, j’ai accepté parce que c’est votre dernière émission et j’ai appris cela avec tristesse. Et, surtout, je n’ai rien à vendre. Je viens vraiment parce que je suis ravi de partager cet instant avec vous."

Entre deux verres de vin, l’intervieweuse et son invité ont conversé sans tabou. Du flop du film de Raoul Taburin au mariage de Benoît Poelvoorde en passant par son amour pour le dessin.

Cet ultime numéro de 69 minutes sans chichis a également été l’occasion de revenir sur les sept ans et demi d’émission en compagnie des différents chroniqueurs et invités qui l’ont fait vivre.

© PRINTSCREEN

Vient enfin le mot de la fin pour Joëlle Scoriels qui a adressé de tendres mots pour son équipe mais également pour les fidèles téléspectateurs du magazine. "Les meilleures choses ont une fin, les plus mauvaises aussi mais ça, on s’en fout, c’est pas nous. Et c’est l’heure des mercis. Vous qui avez été fidèles pendant 108 numéros. Ça a été une joie sincère de vous retrouver tous les quinze jours et de tenter de vous divertir sans trop détériorer votre cerveau. Merci à mes invités qui ont été super généreux, rigolos et fascinants. À Benoît Poelvoorde en particulier. À tous mes collègues, du plus chef au moins chef sans distinction avec une mention spéciale à mes chers collègues du bureau qui ont partagé mon quotidien, mes humeurs, mes bêtises. Sans vous tous rien n’aurait été possible", conclut l’animatrice qui met, de cette façon, un point final à une belle histoire.