L’image est gravée dans l’esprit de tous les inconditionnels de Koh-Lanta. Dylan, 22 ans à l'époque, agent immobilier luxembourgeois, faisait partie des participants de la 17e saison du jeu d’aventure de TF1, au Cambodge. Lorsqu’il débarque sur la plage, le premier jour, la caméra ne manque pas de remarquer une curiosité. Aux pieds, il porte des mocassins. Et pas n’importe lesquels, des mocassins Gucci à 650 euros la paire ! Pas vraiment l’équipement auquel les aventuriers ont habitué les téléspectateurs depuis les débuts de l’émission en 2001. Une coquetterie qui ne lui a pas porté chance. Dylan est la première victime du premier Conseil. Il sort après moins de 72 heures passées sur l'île...

S’il s’est ensuite montré sous un autre jour dans une édition spéciale de Koh-Lanta, il reste à jamais l’homme aux mocassins Gucci. Dans l’édition de GQ parue ce 30 mars, Dylan révèle le dessous des cartes. Ces chaussures, c’était un coup savamment monté pour attirer l’attention sur lui. “Je ne voulais pas être un candidat perdu parmi les autres. Il fallait que je marque les esprits.”

À l'époque, il rêvait, dit-il, de la Légion étrangère tout en jouant aussi les mannequins amateurs. Mais la réalité semble qu'il voulait avant tout se faire une place au soleil à la télévision.

Pris en flagrant délit de mensonge

Mission accomplie. Ses mocassins Gucci lui ont ouvert les portes d’autres téléréalités : Les princes et les princesses de l’amour en 2019, La bataille des couples, en 2019 également ou La villa des coeurs brisés actuellement diffusée.

Faut-il pour autant croire tout ce que dit l’ex-participant luxembourgeois ? Le doute est permis. Quelques jours après son élimination dans Koh-Lanta, en 2017, il affirmait dans un magazine avoir été contacté par Gucci pour entamer une collaboration. La marque italienne avait immédiatement démenti l’information et se défendait d’avoir jamais pris le moindre contact avec Dylan.