Si demain vous me retrouvez pendu, sachez tout de même que je n’avais pas prévu de me suicider !", plaisante Jean-Marie Bigard sur son compte Twitter. L’humoriste rediffusant ses propos du documentaire polémique Hold-up où il prétend qu’Emmanuel Macron a eu recours à l’hydroxychloroquine lorsqu’il était atteint de la Covid-19 en décembre dernier. Si le président de la République française s’était mis en quarantaine pendant plusieurs jours dans sa résidence de la Lanterne pour protéger son épouse (avant de la rejoindre dans le Var pour les fêtes de fin d’année), l’homme de 43 ans n’a jamais précisé quel traitement il avait utilisé.


Dans Hold-up, le documentaire très controversé réalisé par Pierre Barnérias, Jean-Marie Bigard affirme avoir évoqué le sujet avec l’ancien ministre de l’Économie. "C’était du temps où on se parlait encore un peu car après, j’ai été zappé", balance-t-il dans un premier temps. Avant de poursuivre sur un ton énervé car, quelques mois à peine avant d’avoir contracté le coronavirus, Macron lui aurait fait de rares confidences sur l’hydroxychloroquine, le traitement vanté par le professeur Didier Raoult. " Je lui ai dit : ‘Président franchement, vous attrapez le Covid, est-ce que vous faites le protocole du professeur Raoult ?’ lI m’a dit : ‘Bien sûr, le jour même !’", dévoile-t-il ainsi dans un extrait de ce documentaire. "Je ne le sais pas, je n’ai pas la preuve, mais je pense qu’il a dû bénéficier lui aussi de ce protocole."

Une déclaration que l’humoriste de 66 ans a reposté sur ses réseaux sociaux (où il fustige aussi la décision de l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn qui a interdit ce traitement), et qui a fait bondir les internautes. Alors qu’il n’avance aucune preuve, certains le croient sur parole. "Il a tellement raison" ; "Merci pour votre franchise" ; "Heureusement qu’il y a encore des gens comme vous". Mais la plupart se sont montrés plus que sceptiques. sur "ses propos hallucinants !" "Vous êtes malheureusement devenu fou en fin de carrière. C’est la vie mais on est passé à autre chose, le futur et surtout des jeunes. C’est bon, les gens de votre âge, il faut laisser sa place, on ne peut rien y faire." Ou encore : "Autant j’aime bien vos sketchs. Autant vos positions sur le Covid depuis le début sont consternantes. Acceptez donc un jour de débattre avec un médecin, et vous comprendrez que vos raccourcis sont tous faux. On fait dire ce que l’on veut aux chiffres."